mardi 31 janvier 2017

Tokyo : Disquaires Indépendants.


Source image : Vinyl Hub


Il y a eu Amsterdam, ensuite Barcelone, c'est maintenant à Tokyo de nous dévoiler ses multiples disquaires indépendants. Voici une liste, non exhaustive, éclectique en genre, afin de préparer au mieux votre prochain voyage musical.

mardi 24 janvier 2017

Chronique : De La Soul ~ 3 Feet High And Rising (1989)


hip hop album cover pochette rap musique vinyle LP BCM Records
BCM Records

Playlist : 1- Intro / 2- The Magic Number / 3- Change In Speak / 4- Cool Breeze On The Rocks / 5- Can U Keep A Secret ? / 6- Jenifa Taught Me (Derwin's Revenge) / 7- Ghetto Thang  / 8- Transmitting Live From Mars / 9- Eye Know / 10- Take It Off / 11- A Little Bit Of Soap / 12- Tread Water / 13- Potholes In My Lawn / 14- Say No Go / 15- Do As De La Does / 16- Plug Tunin' (Last Chance To Comphrehend) / 17- Da La Ogree / 18- Buddy / 19- Description / 20- Me Myself And I / 21- This Is A recording 4 Living In A Full Time Era (L.I.F.E) / 22- I Can Do Anything (Delacratic) / 23- D.A.I.S.Y. Age


De la bonne humeur afin de commencer cette nouvelle année, ça peut être une bonne idée. Alors attardons-nous sur De La Soul et son premier album. Paru en mille neuf cent quatre-vingt-neuf, 3 Feet High And Rising est ce genre de disque que nous pensons connaître grâce à ses tubes mais dont nous avons oublié, en réalité, tout le reste.


Everybody wants to be a emcee.


 Comme plusieurs centaines d'autres, avant ou après lui, ce disque attendait depuis un long moment son tour. Janvier, l'hiver en général suivant nos localisations respectives valant si chères aux géants du net, est sujet à une question aussi vieille que la météo. Cette interrogation alimente les conversations des psychologues musicaux, pas tous d'accord entre eux, personne n'aurait osé en douter. Devons-nous, en période froide, écouter une musique sombre voire verglaçante et être ainsi en osmose avec les éléments naturels ou, a contrario, s'en foutre et laisser passer la chaleur au moins par nos enceintes ? Comme ce n'est qu'une introduction comme une autre, je vous laisse le soin d'y répondre. Ici, le choix est vite fait et nul besoin d'une primaire pour s'en convaincre. Grâce à ses couleurs flashy et sa cool-attitude, 3 Feet High And Rising bataille avec à armes inégales contre la morosité de l’extérieur. Le contraste n'en est que meilleur. Mettons de côté toutes ces considérations existentielles et cette impression de déjà-vu annuelle puis concentrons-nous sur une valeur sûre. Cet album figure aux sommets de tous les classements musicaux depuis sa sortie, à la fin des années quatre-vingt, qu'ils soient mercantiles ou critiques. Ces tops valent ce qu'ils valent - souvent rien - mais ils donnent une bonne indication sur la trace que laissera un objet culturel dans l'histoire. Certains prêts à tout n'hésitent pas à dire qu'il est le Dark Side of the Moon de sa catégorie. Vu que je ne comprends pas le rapprochement, je leur laisse la responsabilité de leurs propos. D'autres soulignent que De La Soul sont les The Beatles du hip hop. Si là on peut comprendre l'idée sous-entendue derrière, il n’empêche que cela reste parallèle plutôt étrange. Ce LP est très bon dans ce qu'il propose et ce genre d'affiliations incomparables ne lui sont d'aucunes utilités, si ce n'est le desservir. Il se suffit à lui-même et n'a certainement pas besoin qu'on lui inflige un manque de respect flagrant sous couvert d'un compliment admirable. Peu importe que les noms précités soient d'immenses musiciens ou non, c'est lui enlever une partie de son mérite en tant qu'œuvre et, plus grave, minimiser le talent individuel de tout un collectif. De La Soul fait du De La Soul, c'est suffisant. Les choses étant remise dans leurs contextes, débutons véritablement cette chronique tout d'abord par la pochette. On la doit à des britanniques officiant sous la bannière de la Grey Organisation. Le moins que l'on puisse en dire c'est qu'elle se repère de loin, ça peut être une qualité non négligeable sur un vide-greniers. Pour le reste, faut aimer le criard qu'elle affiche. Avec son aspect kitsch et ses couleurs vives, je l'apprécie. Elle invite le néophyte à la découverte et vu son contenu il ne le regrettera pas, c'est acquis.