samedi 31 décembre 2016

Wax Digger Reviews Selecta #08 : Interstate 5


Wax Digger Reviews Selecta #08 : Interstate 5


He's The One, Who Like...



 Tandis que deux mille seize brûle ses dernières minutes, je m'en serais voulu de terminer l'année sans publier une selecta réservée au grunge. Les mots seront courts puisqu'il est largement possible de trouver ce que je pense de ce genre musical au fil de longues, et moins longues, chroniques sur WDR. Je ne renierai jamais les QueenBeatles, ni même Genesis, celui de la fin des années quatre-vingt, et tant d'autres pour ce qu'ils m'ont apporté. Pour autant les véritables claques des débuts se trouvent, pour beaucoup d'entre elles, dans ces quarante-cinq minutes.





Comme son aîné, le punk, le grunge a cette faculté de faire réfléchir l'auditeur. Et comme la plupart des jeux Nintendo, cette musique a une double lecture, plus légère ou plus profonde suivant l'importance que l'on veut lui donner. Sous ses airs brusques, on analyse, on dissèque toute une génération et une société à travers elle. Il nous aide à concevoir une nouvelle vision du monde, de la vie. Finalement, c'était une sorte d'internet avant l'heure.
Onze vinyles, tous parus en une poignée d'années, afin de se rendre compte du large éventail que propose le grunge. De la violence, forcément, des larsens inimitables mais aussi et surtout de la poésie moderne et de la douceur mélodique. Plus qu'une mode, ce heavy metal teinté de psychédélisme restera une façon de vivre. No Hope était le slogan en vigueur en ce début mille neuf centre quatre-vingt-dix alors puisque l'espoir n'est plus qu'un lointain souvenir, je ne vous souhaiterais pas une bonne nouvelle année, ce serait porter malheur, mais plutôt une bonne écoute.

3 commentaires:

  1. Retour aux sources! Super playlist!

    RépondreSupprimer
  2. Quand un dépèchemode se démode, et place à l'eurovision.... On reviendra toujours au grunge, avec un Mudhoney hurlant, et un sub pop 200 renaissant

    RépondreSupprimer