mardi 27 septembre 2016

Wax Digger Reviews Express #08 : Madness ~ Fabulous Poodles ~ Blondie


picture image photo
Wax Digger Reviews Express 08

En cette fin de mois de septembre, trois vinyles issus de la fin des années soixante-dix sont au programme de ce huitième Wax Digger Reviews Express. 


Madness ~ One Step Beyond (1979)

Playlist : 1- One Step Beyond / 2- My Girl / 3- Night Boat To Cairo / 4- Believe Me / 5- Land Of Hope And Glory / 6- The Prince / 7- Tarzan's Nuts / 8- In The Middle Of The Night / 9- Bed And Breakfast Man / 10- Razor Blade Alley / 11- Swan Lake / 12- Rockin' In AB / 12- Mummy's Boy / 13- Madness / 14- Chipmunks Are Go !

Madness, madness, they call it Madness...


picture vinyle photo album groupe anglais ska punk pics
Stiff Records
 On ne le présente plus et pour cause. Même sur la planète Mars, sans doute, ils connaissent les sonorités ska/punk de ce groupe influent pendant les années soixante-dix. Malgré tout, qui a retenu les noms de ces musiciens ? Pas le temps de réparer cette injustice. Ce qui prime avant tout c'est de souligner leur capacité à redonner le sourire en un instant, un véritable talent. On le sait, une musique enjouée n'est qu'un moyen comme un autre de cacher avec pudeur des choses plus profondes. Cet album n'y fait pas exception. One Step Beyond est une plongée abrupte au cœur d'une Angleterre en demi-teinte, et ce sur environ tous les plans. Mille neuf cent soixante-dix-neuf, la première lame de fond punk vient de s'échouer tandis qu'un grand public découvre un mélange de danse et de rugosité. Un juste retour des choses au carrefour des chemins et des influences. Un album est figé au creux d'une époque qui, elle, diffère selon les individus. Les murs de tous les clubs rock - il en existe encore ? - autour du globe, résonnent encore des pas de danse chaloupés provenant de Doc Martens usées par la vie.

 Si une grande majorité de ces lieux sont désormais réduis à peau de chagrin, personne n'a oublié l'ambiance folle que n'importe lequel de ces titres arrivait à produire dans la pénombre. Une foule survoltée prenait place au milieu d'une piste clairsemée ou non, suivant l'heure de la nuit. Alors bien sûr, la pole position des plus joués jusqu'à la lassitude appartient au titre phare et éponyme. On l'oublie à force mais ce morceau a été écrit par un musicien jamaïcain avant d'être repris par les britanniques. Ne nous arrêtons pas à cela, ce n'est pas vraiment le genre de la maison ni le plus intéressant. Beaucoup de titres présents sur ce disque marchent encore comme au premier jour de leurs découvertes des années plus tôt. Je n'avais plus entendu l'album One Step Beyond depuis longtemps et ce fut un authentique plaisir de retrouver ces airs agrémentés d'un élégant saxophone. Quand un corps est réfractaire à la danse, il suffit de lui mettre ces chansons pour le faire changer d'avis en douceur.

 Certains, et je ne pourrais pas leur donner tort, ne jureront que par The Specials mais ce n'est pas tout à fait la même chose, ni la même démarche. Eux sont bien plus politisés et sérieux qu'un Madness, dans le fond et dans la forme. Néanmoins il manque à notre présent tous ces airs ska, punk synonymes de soirées d’errance. Des nuits où tout, surtout le meilleur, peut arriver. D'autres genres musicaux les ont remplacés et plutôt bien. Pour autant un retour de cette musique sur le devant de la scène ferait le plus grand bien à notre monde, tout en remettant en cause un bon nombre de ses nouvelles valeurs trop sages. Quoique, j'ai bien peur que sans une sincérité aussi affirmée que celle exprimée à la fin des années soixante-dix cet espoir soit vain. C'est sans doute même salutaire que toutes ces vieilles chansons restent confinées au sein d'une période, ensevelies sous nos souvenirs afin de ne pas en dénaturer son esprit optimiste. Bref, si ce n'est pas encore fait, n'attendez plus et écoutez One Step Beyond pour retrouver le sourire.

mardi 13 septembre 2016

Chronique : Creedence Clearwater Revival ~ The Concert (1980)


vinyl LP album concert bayou CCR image picture sound musique
Fantasy Records 

Playlist : 1- Born On The Bayou / 2- Green River / 3- Tombstone Shadow / 4- Don't Look Now / 5- Travelin' Band / 6- Who'll Stop The Rain / 7- Bad Moon Rising / 8- Proud Mary / 9- Fortunate Soon / 10- Commotion / 11- The Midnight Special / 12- Night Time Is The Right Time / 13- Down On The Corner / 14- Keep On Chooglin'

Légende parmi les légendes, Creedence Clearwtar Revival nous offre un live des plus sympathiques avec The Concert


Little Elvis, Chuck Perkins, Fats Bill. 


 L’embûche du jour n'est qu'une épine dans le pied d'un riche. La discographie des Creedence Clearwater Revival est si étoffée, si excitante, que je ne peux me résoudre à choisir. Que faire lorsque vous avez à disposition autant de tubes aussi prodigieux qu'électrisants ? Rien. C'est une alternative, on peut ne rien faire. En définitive, le monde entier les connaît grâce à l’intermédiaire de nombreux objets cinématographiques et télévisuels. En conséquence, la moindre petite once de surprise sera à oublier dans cette chronique. Je m'attends à quelques contradicteurs mais spontanément je pense que le monde entier aime CCR. Petite précision toutefois, quand on aime les harmonies, on aime forcément ce quatuor, c'est ma véritable pensée. Parce que la musique, dans ce qu'elle a de plus alcaline, au bon sens du terme, est dépeinte à la perfection dans ces mélodies. Creedence, n'a pas conçu cet art, il lui a juste fourni ses plus beaux projecteurs. J'ai sûrement dit cela pour d'autres musiciens, les uns n’empêchent pas les autres. Avant de digresser encore un peu plus, je m'arrête là, je continue les présentations. Même si cela transparaît désormais comme une évidence, j'ai donc choisi The Concert, non pas pour le chroniquer stricto-sensu, mais pour rendre un hommage global et appuyé envers ce groupe. Puis par la même occasion, ça nous fait un pot-pourri de succès interplanétaires, indémodables, à exploiter.