mardi 29 décembre 2015

IAM ~ L'Ecole du Foutage de Gueule.


cover, pochette, image,album,vinyle, disque, rap, groupe, francais, hip-hop, picture
Warner Music


La réédition de ce mois-ci de l'Ecole du Micro d'Argent ne va pas faire que des heureux. 


Un mauvais son brut pour les cols blancs...


 L'Ecole du Micro d'Argent, mythique pour les uns, tout juste bon pour les autres. Je vous parlais il y a quelques jours des dérives liées à la mode du vinyle, eh bien voici qu'elle a engendré une énième victime. Un éclopé qui ne méritait sûrement pas un tel résultat. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, il faut revenir sur certains points importants de manière à comprendre comment les choses ont mal tourné. Dans un premier temps il faut savoir qu'un original de mille neuf cent quatre-vingt-dix-sept se trouve à plusieurs centaines d'euros. Là n'est pas le problème, car même s'il n'est en aucun cas rare, il n y a qu'à voir les différents sites de vente, cela reste un album convoité.
Afin de lutter contre cette inflation qui n'en finit plus, certains ont jugé bon de sortir une édition pirate. Comprendre par là qu'elle n'est ni autorisée par Warner Music, ni par le groupe. Si les pistes restent les mêmes, sauf la dernière, on ne peut guère se tromper puisque la pochette, elle, diffère de l'originale. Quant à la qualité sonore de ce pirate, elle reste correcte, sans plus.

dimanche 20 décembre 2015

Data Disc, du jeu vidéo au vinyle.


jeux video, beat em all, vinyle, musique, video game, tokyo, 8 bits
Streets of Rage


 Si la mode du vinyle, depuis quelques années maintenant, pose de sérieux problèmes éthiques - cotes grimpant en flèche de façon grotesque, pressage de mauvaise qualité fait à la va vite dans un seul but mercantile - il est bon, parfois, de saluer des initiatives qui n'auraient sûrement pas eu lieu sans ce retour remarqué. C'est le cas de Data Disc qui, depuis quelques mois, s'efforce à publier sur son catalogue des OST de jeux vidéos. Je n'entrerais pas dans les détails mais si d'un point de vue extérieur on pourrait croire qu'il s'agit d'un marché mineur, quasiment de niche, dans la réalité les adeptes de musiques vidéo-ludiques sont de plus en plus nombreux chaque année. Le choix de ce label de se concentrer exclusivement à cette pratique semble donc pour le moins judicieux.

 Au nombre de quatre, Streets of Rage, Shenmue, Shinobi III, Super Hang On, le choix est pour l'heure limité. Pour autant je reste persuadé que les nostalgiques sauront s'en contenter, surtout que Data Disc ne semble pas vouloir s’arrêter en si bon chemin. Pour les intéressés, il faudra dépenser aux alentours de vingt-cinq euros pièce. Ce n'est là encore pas donné mais à la différence de certaines maisons de disques (Music On Vinyl pour ne citer qu'eux, leur édition du Rage Against The Machine me restant au travers de la gorge) un soin tout particulier, autant sonore que visuel, a été mis en oeuvre afin de satisfaire les amoureux du travail bien fait. Bref, c'est un cadeau original et une bonne nouvelle pour tous les trentenaires amateurs de jeux vidéo.