mardi 23 juin 2015

Chronique : Earth ~ Pentastar : In The Style Of Demons (1996)


Chronique Drone metal doom ambient Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Stoner
Sub Pop


Playlist : 1- Introduction / 2- High Command / 3- Crooked Axis For String Quartet / 4- Tallahassee / 5- Charioteer (Temple Song) / 6- Peace In Mississippi / 7- Sonar And Depth Charge / 8- Coda Maestoso In F (Flat) Minor 

Parmi les nombreuses formations satellites de Nirvana, on en cite rarement une qui tient une solide place dans l'histoire sonore du Nord-Ouest américain. Moins accessible que leurs copains en Converse, Earth est pourtant un des groupes les plus intéressants des années quatre vingt-dix et Pentastar : In The Style Of Demons un de leurs albums les plus emblématiques. 


The Descent


 Sous une pluie luxuriante, tombe la pesanteur estivale. Si en cet instant je ne sais pas encore quoi raconter sur ce disque hors d'âge il était toutefois important de le voir sur Wax Digger Reviews. Sinon autant stopper là et laisser tomber. Bien que cette perspective ait du charme suivant mes humeurs changeantes, je n'y céderai pas. En tout cas, pas tout de suite. Une éventualité alléchante serait de débuter par une acide présentation de Dylan Carlson qui créa Earth en mille neuf cent quatre-vingt-neuf à Olympia dans l'état du Washington. A l'aide d'une loupe grossissant volontairement le trait, en plus d'emprunter des raccourcis éhontés, vous dire que cet homme, paumé notoire, est à lui seul responsable de la mort de Kurt Cobain, son ami. En singeant une hystérie inventée de toutes pièces pour l'occasion - comme je le vois souvent - enfoncer le clou en mentionnant que c'est cette personne qui a acheté le fusil avec lequel le messie médiatiquement proclamé s'en est allé. Mais tout ça vous le savez déjà n'est-ce-pas ? Sinon vous ne seriez pas tombé ici à la recherche d'informations sur Pentastar : In The Style Of Demons et comme toujours Wikipedia m'a grillé la politesse.

mardi 9 juin 2015

Wax Digger Reviews Selecta #05 ~ Even In His Youth.


chien psychédélique noir et blanc musique podcast
Wax Digger Reviews Selecta #05 ~ Even In His Youth.








Salut c'est moi Nono, j'suis le robot héros.


 A l'heure où tout le monde se branle sur Christine And The Queen et tant d'autres immondices culturelles pour ma part sans valeur, il est bon de regarder en arrière l'espace d'un instant. Il paraissait inévitable que je m'aventure, un jour ou l'autre, dans mes premiers souvenirs audiophiles pour en ressortir le plus marquant. Bien entendu il n'y aura aucune objectivité dans mes choix et mes propos, et bien sûr tout ce qui s'y trouve ne plaira pas à tout le monde mais après tout c'est le principe même de l'existence.

mardi 2 juin 2015

Chronique : Black Flag ~ Damaged (1981)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Punk, Rollins, Petitbon
STT

Playlist : 1- Rise Above / 2- Spray Paint / 3- Six Pack / 4- What I See / 5- TV Party / 6- Thirsty And Miserable / 7- Police Story / 8- Gimme Gimme Gimme / 9- Depression / 10- Room 13 / 11-  Damaged II / 12- No More / 13- Padded Cell / 14- Life Of Pain / 15- Damaged I

Album à l'influence énorme sur le mouvement punk, Damaged est édité en 1981 et devient le porte étendard hardcore de toute une génération.

 Devant l'indolence des maisons de disques en 1977 à sortir leur premier 45T : Nervous Breakdown, les Black Flag relèvent leurs manches et décident de fonder un label, qui deviendra tout aussi culte qu'eux-mêmes, STT (Solid State Turners) - qui accueillera en son sein d'illustres groupes tels Sonic Youth, Hüsker Dü, Dinosaur Jr... . Ceci fait, ils peuvent enfin sortir un premier single un an plus tard. En 1979, cette fois, Keith Morris, leader du groupe, décide de claquer la porte pour créer les Circle Jerks ; il sera remplacé l'espace de quelques temps par Dez Cadena, jusqu'au soir où, lors d'un concert, un jeune fan monte sur la scène, s'empare du micro, hurle dedans et sautille partout. Ce jeune homme n'est autre qu'Henry Rollins, alors vendeur de glaces, qui deviendra très vite la nouvelle figure emblématique du  punk hardcore.