mercredi 18 février 2015

Chronique : Disco Anti Napoleon ~ Ascent (2014)


Wax Digger Reviews Stoner Nantes Groupes Rock Ambient
Futur

Playlist : 1- Om / 2- Superhero / 3- Gremlins / 4- Phaser / 5- Ufo / 6- Blue Lawn / 7- Eva / 8- Ascent / 9- Girl / 10- Spaceship

On continue 2015 avec de bonnes surprises sonores concernant l'hexagone. La preuve avec les nantais de Disco Anti Napoleon et son premier album pop-psychédélique Ascent sorti quelques mois plus tôt sur le label Futur.

Quand nos goûts naturels se montrent aussi nostalgiques que nos pensées, il dévient délicat de dénicher une plaisante découverte auriculaire. Irrémissiblement hermétique aux radios FM, je n'ai, en revanche, aucune récrimination frivole envers la télévision qui, quoiqu'on en pense, n'est pas si idiote. Elle peut, selon notre seul et unique bon vouloir, s'avérer utile à notre épanouissement intellectuel ou tout du moins culturel, Arte en tête. C'est sur France 4, plus précisément dans l'émission Monte le son, que j'ai pu ainsi et par hasard, entendre ce qui pourrait bien devenir ma sensation psyché française du moment et qui, par miracle, n'a pas quarante ans d'âge. Encore que, comme tout le rock moderniste, Disco Anti Napoleon s’inspire très ouvertement des classiques du genre sans que cela ne soit pour une fois qu'une pâle copie. Bien au contraire. Si dans le fond rien ne semblera novateur aux passionnés du genre, les nantais adaptent du vieux avec du neuf sans donner la désagréable impression d'avoir entendu cent fois les airs qu'ils produisent.

Comme à mon habitude je n'ai regardé aucun papier, abondant j'imagine, réalisé sur eux. J'aurais peut-être dû, mais l'aspect biographie et autres interviews musicales ne m’intéressent relativement pas. J'opte pour le ressenti personnel pur. De fait, décrire en quelques mots un art sonore n'est pas ce que je préfère. C'est pourtant un exercice nécessaire quand on prétend chroniquer une nouveauté nouvelle. Pour être simpliste et sans doute pas original pour un sou, disons que pour moi DAN est un croisement Frankensteinien entre Earth et Pink Floyd. A ce propos, je vous parlais il y a peu de Endless River, le dernier opus des anglais, dont je fustigeais la stagnation constante. Eh bien voilà, voilà tout à fait le type d'album qu'on se doit de produire quand on désire continuer l'aventure, quitte à tirer sur une corde déjà bien effilochée.
Retournons sur l’hexagone pour ne plus l'abandonner, du moins essayer, la digression est une chose que l'on ne maîtrise pas toujours. L'originalité des nantais ne tient donc pas tant dans les fringues volontairement dégueulasses des débuts 80 que, d'un point de vue personnel, je vomis. Ni même dans l'orientation musicale méritante mais sans réelle surprise d'un genre signé aux quatre veines. Elle se retrouve, à mon sens, dans la décontraction assumée d'avoir su mieux faire que toutes les formations actuelles pillant de tous côtés le rock et ses dérivés en notre quart de siècle. Les talentueux musiciens balancent leurs morceaux dans une sincérité aux élans de candeur juvénile rafraîchissante donnant la fausse impression que tout y est facile. Secret des compositions réussies.

Je crache suffisamment depuis des décennies sur le fait que la France, en dehors de quelques exceptions, ne sait pas confectionner une musique rock mêlant efficacité et sincérité. Ce n'est pas dans notre culture. Alors, pour une des rares fois que dans notre pays, existe un groupe, présent et porteur, que l'on pourrait facilement confondre avec une entité venue d'outre manche voire d'outre atlantique, ne nous en privons pas. La comparaison qui va suivre est ce qu'elle est, mais elle n'est pas anodine et plutôt flatteuse; Disco Anti Napoleon dispose de l'authenticité nécessaire pour devenir l'alter ego psychédélique d'un groupe tel que Air. Si chanter en anglais n'est pas quelque chose de nouveau pour des francophones il faut, là aussi et avec véhémence, les encourager dans cette voie et tant pis pour les grincheux. N'oublions pas que pendant de nombreuses années il était très mal vu de s'y risquer. Faute aux radios imposant au nom d'une loi merdique un quota absurde de textes en langue de Molière sur leurs ondes toutes aussi merdiques. Au vu du carnage provoqué il fallait définitivement en finir avec cette idiotie d'un autre temps, même s'il reste beaucoup de chemin à parcourir. Le top dix des ventes est là pour nous le rappeler. Je ne ferais pas dans le proxénétisme élitiste puisque de toute façon si vous êtes ici je prêche des convaincus.


DAN ascent psychédélique psyche nantes nantais rock france trans
Disco Anti Napoleon


La musique n'a qu'un seul et réel intérêt. Elle a pour but de procurer des sensations psychiques sans limites d'aucune sorte. Chacun trouvera en elle ses propres sentiments, ses propres marques. Similaire à un rêve dans lequel on s'apprête à tomber en toute innocence, on ne peut jamais deviner ce qu'inspirera une mélodie inédite à nos pensées. Cependant on peut suivre les indices disséminés ici et là. Par exemple, une simple énumération des titres suffit à nous convaincre que ces jeunes bretons sont attirés par la science-fiction et autres croyances orbitales. Il n'est donc pas mirifique que la musique de Disco Anti Napoleon m'envoie l'image d'une plaine désertique cabossée par mille ans d'existence de laquelle jaillirait un tentaculaire Kraken polaire sous acide. Toute la moite chaleur instrumentale est annihilée par une voix lointaine et glaciale dans une espèce de lutte permanente et intestine entre réverbération et distorsion. Sigur Rós se cacherait-il pas loin ?

Le quatuor de Nantes fait dans le psychédélisme urbain, là où les ancêtres visionnaires préféraient les champs fleuris de Californie ou de la campagne Anglaise. Ainsi ils n'hésitent pas à rajouter une légère touche Krautrock que l'on peut aisément entendre entre deux typiques envolées planantes et aériennes. Certes, DAN n'inventent pas, ils remodèlent à bon escient la musique qu'ils aiment, voire très certainement, admirent. Il n'y a qu'a écouter leur reprise d'Instertellar Overdrive. Si on la prend comme une cover au sens littéral, elle est foirée. Elle fait même partie des plus mauvaises qu'il m'ait été donné d'entendre, puisqu'il faudra se creuser les méninges pour faire un lien avec l'originale. Il y manque beaucoup de choses à ce niveau là, dont cette tension permanente que l'on retrouve cette fois dans la version, merveilleuse et non corrompue de sa substance, des Melvins sur l'album Electroretard. Mais si on la prend comme une libre interprétation, alors le corrosif et jeuniste esprit artistique des années soixante s’enchevêtre avec la culture lymphatique actuelle, elle en devient par conséquent intéressante et réussie à l'image de ce groupe pas tout à fait comme les autres.

Disco Anti Napoleon ne sera pas une découverte pour beaucoup. Ils écument patiemment depuis quatre ans les scènes et se sont fait remarquer dans quelques reportages. A bien y réfléchir, ce n'est pas étonnant finalement qu'ils soient originaires de Bretagne qui, on le sait, depuis Marquis de Sade à bien d'autres, est un terreau fertile à la musique alternative hexagonale depuis la fin des années soixante-dix. Il ne fait nul doute que dans son sillage ce groupe entraînera  de nombreux projets divers et variés, mais surtout de qualité, à surveiller de près. Si pour ma part ce n'est pas une claque inter-cosmique, Ascent reste un bon premier vinyle. Suffisamment bon en tout cas pour qu'ils puissent être fiers du travail effectué et que de notre côté nous attendions le deuxième.


Disco Anti Napoleon - Superhero

4 commentaires:

  1. Très cool, j'aime beaucoup je pense que j'irais les voir à Paris très prochainement !

    RépondreSupprimer
  2. Vu en concert, sont doués.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer