jeudi 8 janvier 2015

Chronique : BlueBall Clan, la douleur qui tient le crayon.


BlueBall Clan chronique album rap rock texte image
BlueBall Clan


Chose rare sur Wax Digger Reviews, je ne parlerai pas cette fois-ci d'un album spécifique. Je préfère plutôt me concentrer d'une manière plus large sur un collectif regroupant divers projets liant musique, dessins, écriture et courts métrages, que j'ai découvert il y a peu grâce à une amie. Blog musical oblige, concentrons nous sur cet élément, bien que je vous encourage à jeter un œil sur leur site pour y découvrir un univers artistique riche et non dénué d’intérêt.


Attention... La partie sera bleue.


 Pour être sincère, je ne sais sous quel angle aborder cette chronique. Je n'en connais pas le début, ni même le milieu et encore moins la fin. Je sais juste qu'il est plus évident d'écrire sur un groupe établi de longue date que sur de jeunes pousses aussi fertiles soient-elles. Mais après tout, une sonorité reste une sonorité et cela nous plaît, nous accroche, nous attire, nous fait vibrer ou nous emmerde. Evidemment, et c'est personnel, la musique de BlueBall Clan n'entre pas dans cette dernière catégorie. Nous connaissons tous cette situation : on vous file un lien, vous l'écoutez plus pour faire plaisir que par propre envie. Neuf fois sur dix, comme prévu, la vidéo nous passe au dessus de la tête et puis, de temps en temps, arrive quelque chose qui sort de l'ordinaire pour x raisons pas toujours définissables aux premiers abords mais l'oreille ne s'y trompe pas et se montre attentive. Alors on réécoute, une fois, deux fois, vingt fois, on cherche à savoir ce qui nous attire et puis on trouve la raison.