mardi 30 juillet 2013

Chronique : Pavement ~ Quarantine The Past : The Best Of Pavement (2010)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Indie
Matador Records


Playlist : 1- Gold Soundz / 2- Frontwards / 3- Mellow Jazz Docent / 4- Stereo / 5- In The Mouth A Desert / 6- Two States / 7- Cut Your Hair / 8- Shady Lane / 9- Here / 10- Unfair / 11- Grounded / 12- Summer Babe (Winter Version) / 13- Range Life / 14- Date w IKEA / 15- Debris Slide / 16- Shoot The Singer / 17- Spit On A Stranger / 18- Heaven Is A Truck / 19- Trigger Cut / 20- Embassy Row / 21- Box Elder / 22- Unseen Power Of The Picket Fence / 23- Fight This Generation

Je ne suis pas fanatique du principe commercial du best of qui à mon goût dénature l’œuvre d'un artiste. Pourtant je ne peux que vous conseiller de mettre la main sur celui des Pavement : Quarantine The Past : The Best Of Pavement sorti en mars 2010.

 En 1999 Pavement sort Twilight Terror qui sera vite considéré par les critiques comme un échec dans la formidable discographie du groupe, l’entraînant un peu plus fortement à sa séparation. Après avoir laissé reposer les cœurs durant une longue décennie, ils se décident à de nouveau saupoudrer le monde de leurs mélodies lo-fi, qui figurent parmi les plus belles existantes à ce jour. Pour fêter cette reformation que l'on n'attendait franchement pas, les Californiens proposent un Best of regroupant pas moins de 23 titres disponibles sur les quatre premiers albums du groupe, autrement dit c'est comme gagner au loto un soir de Noël.


 Écouter les premières mesures du terriblement génial Gold Soundz suffit pour prendre part à l'insouciant univers des Pavement. Aussi acidulé que blasé, ce groupe formé par Stephen Malkmus à su fabriquer dans sa cave des mélodies pop terriblement accrocheuses sans chercher une complexité qui leur serait plus préjudiciable qu'utile et qui ont su influencer bon nombre d'artistes par la suite, pour ne pas dire tout le monde. Nettement plus abordable qu'un disque des Sonic Youth tout en gardant l'importance de la musicalité si chère à R.E.M, la musique des Pavement ne s’embarrasse pas d'une mode précise et a surtout su éviter les pièges tentants du grunge. Les chaudes ballades imparfaites de beauté se heurtent fièrement à des titres beaucoup plus énervés où résonnent les guitares distordues. 

On ne peut qu'acclamer l'ordre des chansons incroyablement percutant qui renforce le sentiment d'être sur un campus californien au beau milieu des années quatre-vingt-dix. Au fil de la progression, se voir assis dans l'herbe devient aisé. On s'imagine regarder au loin des footballeurs ricains se pavaner dans leur armure tandis qu'une Daria comme il en existait tant à cette époque nous passe devant avec un air détaché et cynique. Pavement est une ode aux branleurs de tout bord ne possédant aucune once de charisme et qui s'en moquent parce qu'ils n'en voient aucune utilité. 


photo picture image groupe band grunge  art sound
Pavement


 Ne cherchez pas un sens profonds aux paroles, elles ne comptent définitivement pas. La mélodie des mots prévaut sur une quelconque prise de position et à ce titre Stephen Malkmus manie l'art de la poésie musicale avec autant de brio qu'un Kurt Cobain. Si vous êtes un trentenaire nostalgique qui n'a pas de temps à perdre avec les futilités de la vie et ses non-sens, alors ce vinyle est fait pour vous. Il vous rappellera vos années collège/lycée où vous traîniez les pieds à chaque action sans but profond. Les changements d'ambiance incessants feront aussi de ce disque une exceptionnelle bande son lors de vos pérégrinations à Amsterdam ou ailleurs selon vos convenances personnelles. 

 Bien loin des arnaques habituelles liées aux marketing foireux autour des Best of, Quarantine The Past est le parfait exemple de ce que doit être disque représentatif d'une carrière musicale avec son contenu abondant et varié. Je ne saurais que trop vous conseiller d'écouter avec tous les honneurs qui lui reviennent ce bien bel objet et d'apprécier à quel point Pavement maîtrise son sujet sans en avoir l'air. On pourra toujours chipoter sur la non présence de tel ou tel titre qui aurait tout aussi bien eu sa place. Ou bien encore débattre sur l'absence d'un inédit qui aurait à mon sens dénaturé l'ensemble, mais très honnêtement on s'en contrefout, 23 titres de cette qualité nous suffiront pour remercier à jamais les cinq beautiful losers californiens. 



 Pavement - Here


4 commentaires:

  1. merci pour la découverte ! c'est frais

    RépondreSupprimer
  2. trop top ce best of, vrailment

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup l'extrait youtube

    RépondreSupprimer
  4. En effet l'extrait est vraiment génial, et belle conclusion.

    RépondreSupprimer