lundi 6 mai 2013

Chronique : Boris ~ Amplifier Worship (1998)


wax digger chronique cover pochette album vinyle cd image picture art sound
Mangrove

Playlist : 1- Huge / 2- Ganbou-Ki / 3- Hama / 4- Kuruimizu / 5- Vomitself

Chronique du second opus du trio japonais Boris. Amplifier Worship sort d'abord en 1998 sur le label Mangrove avant d'être réédité aux USA en 2003 chez Southern Lord Recordings.

 Lorsque l'on se rend chez son disquaire habituel, on peut, parfois, faire des découvertes étonnantes mais non moins énigmatiques. Boris, nom original mais qui a de quoi laisser perplexe. Le mystère autour d'Amplifier Worship monte d'un cran avec un artwork tout aussi insolite qui rend en revanche l'identification du contenu encore plus difficile. Si la pochette laisse toutefois entrevoir un grain de folie, on ne se doute aucun instant de l’expérience audio-phonique qui va suivre.

 Originaire du pays du Soleil-levant, l’espiègle groupe Boris propose une étrangeté venue de nulle part. Une espèce d'ovni sonore qui semble n'avoir aucune cohésion hormis une structure monolithique. Cet album offre, à qui veut bien s'y frotter, un mix peu probable de sous-genres alliant du sludge, doom, drone, stoner avec une légère touche de punk... rien que ça. Désavantage de ce choix artistique oblige, aucun titre ne descendra en dessous des sept minutes, c'est long, parfois même éprouvant, mais constamment intense. Le titre d'ouverture, Huge, est un assez bon exemple pour décrire les choses : asséner tout d'abord de lourds riffs capables de trancher l'air dans lequel ils s'éternisent en saturation puis profiter de l'espace ainsi créé pour relâcher un art sincère sous forme de frustration qui n'a d'égal que le gouffre sans fin qui nous absorbe à l'écoute du disque. En d'autres mots, c'est comme du Melvins en encore plus teigneux.


Boris japan band groupe sludge doom musique album japon
Boris


 Amplifier Worship est une expérience dézinguant nos perceptions les plus fidèles. Véritable esthète de l'expérimentation, le groupe n'en finit plus de célébrer un grandiose culte au dieu ampli en le maltraitant à grand renfort de bidouillages sur des guitares fatiguées. Les rythmes cycliques empiètent d'une piste à l'autre et forment un tourbillon psychédélique indigeste et il ne faudra pas compter sur le chant torturé qui intervient de façon sporadique pour envisager une forme de salut. Finalement on se dit que le choix du visuel d'un batracien vert fluo appelant quiconque à s'en approcher était bien trouvé. Au fil de la criarde progression on s'imagine avec aisance ce qu'un humain éprouverait après avoir touché le dit animal, un peu trop sublime pour ne pas être toxique : sentiment de tête sur le point d'imploser agrémenté de tournis nauséeux suivi par des terminaisons nerveuses annihilées jusqu'à ce que cet être trop curieux succombe.

 Boris, sur Amplifier Worship, maîtrise follement son sujet. Se rendre accessible est la dernière de ses préoccupations puisque le groupe ose même aller en dépit de tout bon sens et des logiques les plus simples. Étrangement paranoïaque et hallucinatoire, rien ne mettra fortement à l'aise pendant l'écoute de ce disque qui parviendra à nous faire perdre tout repère tant les morceaux qui y figurent peuvent muter en un quart de seconde. Si pas mal d'albums offrent l’expérience agréable d'un trip à son paroxysme, Boris ne cherche qu'à retranscrire le côté noir et malsain d'une prise de psychotropes. Les plus mauvais souvenirs de soirées - et surtout leurs lendemains - que l'on pensait à tout jamais enfouis reviennent frapper notre esprit et il se pourrait bien qu'on en redemande.

 Pervers, surprenant, étrange, Amplifier Worship ne manque pas de qualificatifs et se révèle incroyable au sens le plus littéral du terme. Abreuvé d'une large démence douce mais sordidement visqueuse, il ne faut à Boris que quelques secondes pour aspirer l'aventureux auditeur dans son univers sans règles établies. Fascinant.




Boris - Huge


2 commentaires:

  1. ces japonais m’étonneront toujours, excellent

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer