dimanche 17 mars 2013

Chronique : Sub Pop 200 (1988)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Grunge, Nirvana, Mudhoney
Sub Pop

 Playlist : Disque 1 : 1- Sex Good Missy (Tad) / 2- Is It Day I'm Seeing? (The Fluid) / 3- Spank Thru (Nirvana) / 4- Come Out Tonight (Steven J Bernstein) / 5- The Rose (Mudhoney) / 6- Got No Chains (The Walkabouts) / 7- Dead Is Dead (Terry Lee Hale)
Disque 2 : 1- Sub Pop Rock City (Soundgarden) / 2- Hangin' Tree (Green River) / 3- Swallow My Pride (Fastbacks) / 4- The Outback (Blood Circus) / 5- Zoo (Swallow) / 6- Underground (Chemistry Set)
Disque 3 : 1- Gonna Find A Cave (Girl Trouble) / 2- Split (The Nights And Days) / 3- Big Cigar (Cat Butt) / 4- Pajama Party Is A Haunted Hive (Beat Happening) / 5- Love Or Confusion (Screaming Trees) / 6- Untitled (Steve Fisk) / 7- You Lost It (Thrown Ups)

Seconde compilation du label devenu culte venant de l'état de Washington, Sub Pop 200 voit le jour en 1988 et cristallise toute une scène et une génération.   

 Deux ans après la bonne mais pas totalement convaincante Sub Pop 100, le label remet le couvert et publie une deuxième compilation réunissant ses artistes. À l'origine sortis dans un sobre coffret en carton noir agrémenté d'un livret d'une vingtaine de pages, les trois vinyles s'y trouvant ne sont rien de moins que l'acte de naissance du mouvement grunge. Si on ajoute à cela le fait qu'elle ne fut éditée dans son format original qu'à 5000 exemplaires et que bon nombre de titres y figurant sont désormais quasi introuvables ailleurs, on obtient une véritable pièce de collection, un Graal, pour tout amoureux de ce genre musical.

 Les vinyles de Sub Pop 200 sont une machine à remonter le temps. On se retrouve plus de vingt ans en arrière, au beau milieu d'un endroit austère dans lequel grandissent péniblement des mômes qui n'ont comme choix que d'être, pour la majeure partie d'entre eux, bûcherons de père en fils avant d'être oubliés de l'Oncle Sam ou devenir artistes au sens le plus large du terme. Effectivement, ce constat pas très ragoûtant d'une vie terne a sans doute favorisé l'émergence d'un mouvement que l'on pouvait encore, à ce moment-là, dignement qualifier d'underground. Sub Pop 200 aurait tout aussi bien pu, sans l’avènement de cette scène, tomber dans l'oubli collectif et n'être que l'énième photographie d'une époque révolue pour une poignée de gens qui avaient donné vie à quelques années d'amusement au milieu de ce paysage grisâtre. L'histoire est tout autre, puisque dorénavant nous le savons, une grande majorité des groupes se trouvant ici connurent le succès auprès d'un public international ou au travers d'articles dithyrambiques (surtout en Angleterre) sur la qualité musicale se trouvant dans les environs de Seattle.


image photo grunge label sub pop seattle nirvana picture
Bruce Pavitt et Jonathan Poneman, fondateur du mythique Sub Pop


 Mais pour l'heure, en 1988, la plupart de ces jeunes gens lambda sont bien loin d'imaginer ce qui les attend et se contentent de faire une musique simple, à leur image, qui redevient aussi instinctive qu'un riff bien trouvé. Bien loin donc de ces fioritures sans saveur alimentant le rock fm, que les oreilles des années 80 s'étaient habituées à entendre de par des formations gagnant en technicité ce qu'elles perdaient en spontanéité.
Bien sûr, quantité de groupes pouvaient prétendre avoir influencé cette nouvelle génération et la future explosion musicale qu'ils engendreront trois ans plus tard. Sonic Youth (que l'on retrouve sur la première compilation) et Husker Dü, pour ne citer qu'eux, sont considérés par ces mélomanes comme étant des grands frères et surtout des exemples à suivre : faire une musique de qualité tout en gardant son âme et ses valeurs. Sub Pop 200 offre donc les balbutiements, les tâtonnements pas toujours réussis mais criants de sincérité, de musiciens essayant de se créer un futur meilleur et connaissant le grand frisson de sortir un single sur un petit label local, un label qui deviendra grand et mondial.

 Tout comme sur la compilation éditée deux ans plus tôt, il n'y a pas que des groupes affiliés à Seattle. The Fluid venant de Denver, par exemple, y figure en bonne place avec un rock garage fort sympathique et entraînant. N'allez surtout pas croire que toutes les chansons se ressemblent ou qu'il s'agisse là d'une compilation grunge stricto sensu. Une vaste palette de sons y est parfaitement représentée, aucun titre ne copie l'autre et le seul véritable lien entre les différentes formations - en dehors d'appartenir au même label - est de faire un rock incisif en alliant travail acharné et plaisir.

La maison de disques de Pavitt et Poneman s'est une nouvelle fois tournée vers le dessinateur de bande-dessinées Charles Burns. On lui doit d'ailleurs les artwork de quantité de pochettes ou d'affiches sortant de ce label. Cette identité visuelle unique a beaucoup aidé à le faire connaitre auprès du public, puisqu'il suffisait souvent de parcourir les rayons des disquaires pour savoir immédiatement qu'un album provenait de Sub Pop.


autocollant grunge seattle cover picture vinyle album compil image pochette
Sticker Sub Pop 200 collé sur le coffret vinyle


 Évidemment, et sans faire injure aux talentueux autres groupes présents, cette excellente compilation est devenue célèbre en grande partie grâce au succès fulgurant de Nirvana. La future machine à cash propose sur ce disque Spank Thru, une très bonne chanson ne se trouvant sur aucun de leurs albums. Si désormais avec internet on peut facilement accéder à tous les titres dits rares, pendant une dizaine d'années une des seules  façons d'accéder à ce morceau - composé alors qu'ils s'appelaient encore Fecal Matter - était de faire l'acquisition de ce coffret. Il en va de même pour quelques autres compostions figurant sur Sub Pop 200.

 Plus qu'une simple compilation, Sub Pop 200 est à posséder - en version coffret vinyle - pour détenir entre ses mains un morceau d'histoire. Tout le monde ne trouvera sans doute pas un grand intérêt à toutes les compositions disponibles sur trois disques, mais l'amateur de la scène de Seattle verra en lui un objet inestimable qui lui a changé la vie.



Chemistry Set - Underground


5 commentaires:

  1. steve fisk, outback, chemistry set... autant de bon groupes a découvrir !

    RépondreSupprimer
  2. Album mythique, surtout en coffret d'origine vinyle, à recommander sans hésiter! //

    RépondreSupprimer
  3. que de souvenir avec cette compilation...

    RépondreSupprimer