jeudi 7 février 2013

Chronique : Drudkh ~ Forgotten Legends (2003)


pochette cover album black metal picture photo art sound
Supernal Music

Playlist : 1- False Dawn / 2- Forests In Fire And Gold / 3- Eternal Turn Of The Wheel / 4- Smell Of Rain

Premier album des Ukrainiens, Forgotten Legends sorti en 2003 est un monolithe aussi noir qu'intense.

 Drudkh est un side-project comprenant Roman Saenko, leader des Hate Forest, et Yuriy Sinitsky des Lucifugum. Le lien entre les différentes formations s’arrêtera là puisque le registre musical n'est pas exactement le même. Nous ne rentrerons pas dans les analyses linguistiques de la ribambelle de sous-genres existants, alors faisons un simple raccourci et disons que Drudkh fait sur ce premier opus du drone metal. Ce terme, inventé par les journalistes, décrit des morceaux incroyablement longs, bourdonnants et répétitifs. Toutefois il peut s'adapter à toute une flopée de styles puisqu'il peut avoir de nombreuses influences telles que Earth (un des pionniers du genre), Black Sabbath, les Melvins ou bien encore Celtic Frost.

 Drudkh signifie bois en sanskrit. Ce qui pourrait sembler être une information à première vue inutile deviendra finalement importante pour comprendre l'identité du groupe, en sus ce nom se montrera particulièrement bien choisi, nous le comprenons après l'écoute de cet album. Comme souvent, l'image de la pochette permet d'entrevoir ce que nous serons en droit d'écouter. Sépia, aussi triste qu'un automne peut le permettre, Forgotten Legends est un gros bloc compact rappelant un immense tronc d'arbre mort gisant au sol depuis des millénaires. Ou bien encore, pour reprendre le visuel voulu par le groupe, une forêt obscure rendue impénétrable par un mur de guitares saturées à outrance; guitares à ce point lancinantes et hypnotiques qui, bien qu'étant l'élément central, parviennent presque à se faire oublier. La plupart des riffs auront beau être d'une simplicité pour le moins déconcertante, leur répétitivité nous feront omettre les secondes qui s'égrainent malgré la durée des morceaux allant de huit à seize minutes. 

 Il faut écouter ce disque dans sa totalité pour imaginer ce que pourrait être une nature défleurie, dévastée par un Tchernobyl bis. Une nature morte où le gris des cendres recouvrant un sol desséché règne en maître. Seuls quelques arbres subsistent tant bien que mal aux abords d'une forêt jadis verdoyante, pleurant cette dévastation et redoutant à leur tour une triste fin car un ciel devenu orange risque à chaque instant de déverser sur leur cime la pluie acide qu'il contient. Ce disque est un hymne aux temps anciens, une période où l'homme prenait encore soin de la flore qui l'entoure. C'est aussi un brillant hommage à l'imaginaire et à la rêverie. Le rythme effréné n’enlève rien à l'aspect atmosphérique et planant des titres. Au contraire tout se combine parfaitement aux services des mélodies mélancoliques, un brin dépressives qui composent cet album. 

 Forgotten Legends est certes du black metal mais il dépasse largement les clichés habituels liés à ce genre musical et va bien au-delà de ce que peut laisser présager le terme. Il n'y aura guère que la voix gutturale qui nous rappellera un tant soit peu à quoi nous avons affaire mais les passages vocaux se font si rares qu'ils n'en deviendront aucunement gênants pour le novice et laissent définitivement la place à la musique massive du groupe. À ce sujet, les paroles n'ayant jamais été publiées, difficile de savoir de quoi parle le groupe, en dehors du fait qu'il s'agisse probablement de thèmes inspirés par des poèmes ukrainiens. Disposant de trois chansons (la dernière étant une outro) et d'une durée globale de presque quarante minutes, on pourrait craindre l'ennui au vu de la longueur des morceaux dédiés à la gloire du paganisme, il n'en est rien. Cette linéarité est cassée par des riffs puissants, favorisant l'imagination, nous aspirant sans nous en rendre compte dans l'univers post-apocalyptique de Drudkh. Bien que longs, aucun des trois morceaux ne mérite pourtant d'être raccourci tant leur intensité transcendante est digne d'un réel intérêt. 

 Si vous avez des a priori sur le black metal, alors je vous encourage à écouter attentivement cet album. La première fois pourra se montrer difficile pour les non-initiés car endurante mais Forgotten Legends est une œuvre profondément marquante et pourrait sûrement avoir sa place dans les années à venir parmi les légendes musicales. 



 Drudkh - False Dawn


4 commentaires:

  1. et oui, le black metal a des formes diverses

    RépondreSupprimer
  2. Très cool comme musique.

    RépondreSupprimer
  3. Au début j'ai eu vraiment du mal et en fait la repetitivité finie par bercer, mais c'est clair c'est pas pour tout le monde.

    RépondreSupprimer