jeudi 21 février 2013

Yoshihiro Arikawa - 6ft Under The Pole (Swap015) -W/ Seph, Nomenklatür, Zecapx, Redj&Ghini-B Remixes (2013)


Yoshihiro Arikawa - 6ft Under The Pole (Swap015) -W/ Seph, Nomenklatür, Zecapx, Redj&Ghini-B Remixes (2013) art sound

Pour sa nouvelle sortie prévue le 11.03.2013, le label de musique electronique Swap voyage vers l'Asie en remixant le morceau Deep et Dub techno de l'artiste japonais Yoshihiro Arikawa.

Avec pas moins de cinq DJ (Seph, Nomenklatur, Zecapx, Redj et Ghini-B) au programme, cette parution s'annonce, une nouvelle fois, prometteuse comme on peut l'entendre avec ces extraits disponibles sur le soundcloud du label disponible ici.

MAJ : comme prévu, 6ft Under The Pole sort en temps et en heure ! rendez-vous sur beatport  pour vous procurer ces remix.


samedi 16 février 2013

Chronique : Love ~ Forever Changes (1967)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Psyche, Arthur Lee
Sundazed

Playlist : 1- Alone Again Or / 2- A House Is Not A Motel / 3- Andmoreagain / 4- The Daily Planet / 5- Old Man / 6- The Red Telephone / 7- Maybe The People Would Be The Times Or Between Clark And Hilldale / 8- Live And Let Live / 9- The Good Humor Man He Sees Everything Like This / 10- Bummer In The Summer / 11- You Set The Scene

Vous cherchez un album représentatif des années soixante? voici la chronique de Forever Changes du groupe Love sorti sur Elektra en 1967.

 Forever Changes est un disque atypique. Passé relativement inaperçu lors de sa sortie en novembre 1967, il connaîtra, un paquet d'années plus tard, un second souffle. Une renaissance bien plus heureuse puisqu'il sera cette fois porté aux nues par toute une presse spécialisée qui le redécouvre. Un engouement, disons-le d’emblée, un peu excessif. De rien ou si peu, cet album devient l’œuvre la plus culte qui soit, faisant de lui par la même occasion le disque des années soixante à détenir jalousement, un trésor oublié qui détiendrait toute la magie et le charme d'une époque. 
Mon avis, bien qu'étant convaincu sur certains points, sera tout de même un peu moins enthousiaste et unilatéral. Évidemment, il serait inutile de dire que ce dernier aurait dû rester dans les remises des disquaires à l’abri du regard des passants. Bien entendu Forever Changes est un très bon album, qui a pour lui une quantité de choses merveilleuses le rendant unique, mais il est selon moi fortement inégal. À l'inverse d’énormément de vinyles sortis à cette époque - qui eux se veulent homogènes de bout en bout - ce disque contient de superbes chansons mais aussi des chansons beaucoup plus timides sans pour autant être mauvaises, loin de là, mais à qui il manque ce petit quelque chose de féerique que l'on trouve sur la plupart des titres. Ce manque de constance fait que cet album ne sera jamais pour moi la perle tant annoncée à longueur d'articles bien qu'encore une fois, il soit indispensable à tout amoureux du flower power.

jeudi 14 février 2013

Chronique : Marquis de Sade ~ Dantzig Twist (1979)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, photo, pics, instagram,image, Cover, Pochette
Pathé

Playlist : 1- Set In Motion Memories / 2- Henry / 3- Walls / 4- Conrad Veidt / 5- Nacht Und Nebel / 6- Who Said Why ? / 7- Japanese Spy / 8- Skin Disease / 9- Boys Boys / 10- Smiles 

Dantzig Twist est le premier album du groupe Marquis de Sade sorti en 1979 sur le label Pathé.

 La ville de Rennes connut au début des années 80 une forte activité musicale. Ce courant que les journalistes baptiseront de façon assez simpliste la scène rock rennaise avait, du moins pour la plupart, des héros s'appelant David Bowie, Velvet Underground ou les Stranglers. Plusieurs groupes tirèrent leurs épingles du jeu durant cette période faste. On citera parmi eux les plus illustres :  Niagara, les Kalashnikov, Tohu Bohu, ou bien encore Étienne Daho. Le dénominateur commun de toute cette scène n'est autre que le duo de saxophonistes Philippe Herpin et Daniel Paboeuf qui officie sur presque tous ces disques et, bien entendu, on les retrouve sur Dantzig Twist puisque Marquis de Sade fait aussi partie de cette nouvelle vague.


vendredi 8 février 2013

Chronique : Syd Barrett ~ Barrett (1970)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Pink Floyd, Psyche, Prog
Harvest

Playlist : 1- Baby Lemonade / 2- Love Song / 3- Dominoes / 4- It Is Obvious / 5- Rats / 6- Maisie / 7- Gigolo Aunt / 8- Waving My Arms In The Air / 9- I Never Lied To You / 10- Wined And Dined / 11- Wolfpack / 12- Effervescing Elephant

Syd Barrett publie son deuxième album en 1970 sur le label Harvest. Plus que de la musique c'est un émouvant dernier testament.  

 Syd Barrett fait partie de ces héros modernes qui restent pourtant méconnus d'un grand public amateur de musique. Personnage aussi fascinant qu'étrange, il a plus fait, à lui seul, avec ses ritournelles pour la musique pop, que quantité d'autres musiciens de talent. Viré comme un malpropre de son groupe à cause de sa folie due en partie aux drogues, Barrett n'aura fait qu'un album avec les Pink Floyd, le grandiose The Piper At The Gates Of Dawn, qui reste gravé pour toujours dans la mémoire collective de tout amoureux du quatrième art. Syd Barrett avait déjà commencé sa douce descente dans les abîmes de la démence lors de l'enregistrement et n'était tout simplement plus devenu gérable pour une bande de jeunes gens n'aspirant qu'à poursuivre leur carrière. Se sentant peut-être coupables ou ne voulant tout simplement pas se résoudre à laisser ce génie seul et totalement à la dérive, ses ex compagnons lui viennent en aide pour produire son premier album solo, The Madcap Laughs, que l'on trouvera à l'envie soit génialement novateur soit complètement pourri, c'est selon. Pour le deuxième, celui qui nous intéresse dans cet article, Richard Wright remplace cette fois Rogers Waters à la production mais reste toujours assisté par le fidèle David Gilmour.

jeudi 7 février 2013

Chronique : Drudkh ~ Forgotten Legends (2003)


pochette cover album black metal picture photo art sound
Supernal Music

Playlist : 1- False Dawn / 2- Forests In Fire And Gold / 3- Eternal Turn Of The Wheel / 4- Smell Of Rain

Premier album des Ukrainiens, Forgotten Legends sorti en 2003 est un monolithe aussi noir qu'intense.

 Drudkh est un side-project comprenant Roman Saenko, leader des Hate Forest, et Yuriy Sinitsky des Lucifugum. Le lien entre les différentes formations s’arrêtera là puisque le registre musical n'est pas exactement le même. Nous ne rentrerons pas dans les analyses linguistiques de la ribambelle de sous-genres existants, alors faisons un simple raccourci et disons que Drudkh fait sur ce premier opus du drone metal. Ce terme, inventé par les journalistes, décrit des morceaux incroyablement longs, bourdonnants et répétitifs. Toutefois il peut s'adapter à toute une flopée de styles puisqu'il peut avoir de nombreuses influences telles que Earth (un des pionniers du genre), Black Sabbath, les Melvins ou bien encore Celtic Frost.

samedi 2 février 2013

Chronique : Emerson, Lake & Palmer ~ Emerson, Lake & Palmer (1970)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Prog, Keith
Manticore

Playlist : 1- The Barbarian / 2- Take A Pebble / 3- Knife-Edge / 4- The Three Fates / 5- Tank / 6- Lucky Man

Emerson, Lake & Palmer sort son premier album éponyme en octobre 1970. Si dans l'ensemble il s'agit d'une franche réussite, il souffre néanmoins de nombreux défauts pouvant le rendre fastidieux à écouter aux non-initiés. 

 Nous avons déjà évoqué sur Wax Digger Reviews le concept du supergroupe, notamment avec les formations Blind Faith ou Cream. Cette fois-ci, intéressons nous à Emerson, Lake & Palmer
La rencontre entre Keith Emerson de The Nice et Greg Lake des King Crimson se déroule lors d'un festival en 1969 au cours duquel leurs groupes respectifs étaient conviés. À la suite d'un bœuf improvisé sur scène, les deux musiciens eurent l'idée de s'associer afin de créer un nouveau projet et ainsi repartir sur de nouvelles bases car Emerson lors de cette période en avait assez de son groupe, s'y sentant un peu trop à l'étroit. 
Pour le poste encore vacant de batteur, Mitch Mitchell fut pendant un temps convoité, mais officiant dans le célèbre Jimi Hendrix Experience il déclina poliment l'offre ce qui profita à Carl Palmer, venant lui des Atomic Rooster. L'histoire veut d'ailleurs que Mitchell parla de cette nouvelle formation à Hendrix et que ce dernier se soit montré fortement intéressé pour la rejoindre; ce qui aurait donné comme surnom HELP au lieu d'ELP.