mardi 15 janvier 2013

Chronique : Grandmaster Flash & The Furious Five ~ The Message (1982)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Hip Hop, Rap
Sugar Hill Record

Playlist (Vinyle UK) : 1- She's Fresh / 2- It's Nasty / 3- Scorpio / 4- It's A Shame / 5- Dreamin' / 6- You Are / 7- The Message / 8- The Adventure Of Grandmaster Flash On The Wheels Of Steel

Premier album de Grandmaster Flash et de ses Furious Five, The Message sort en 1982 et devient instantanément l'un des portes étendards du mouvement hip-hop.

 Sans surprise le groupe inclut tout d'abord le DJ Joseph Saddler alias Grandmaster Flash; bien que né à la Barbade, Saddler grandit à New York dans le quartier du Bronx. Très vite il se montre intéressé par le monde du DJing et gagne en premier lieu le surnom de Flash - tiré du comics - grâce à sa grande dextérité et rapidité acquises à force d'entrainement durant son adolescence. Le préfixe Grandmaster viendra lui quelques temps plus tard, cette fois pour son habilité. Saddler est en effet capable de changer de vinyles avec les pieds ou bien encore les mains dans le dos. Mais c'est surtout pour sa connaissance sans faille des platines et l'invention ou l'amélioration de nombreuses techniques toujours employées de nos jours que Grandmaster Flash se fait remarquer, devenant de fait non plus un simple passeur de disques mais un créateur musical à part entière. Le reste du groupe est lui composé de cinq rappeurs : Melle Mel, Cowboy, Kid Creole, Rahiem et Scorpio.


 Si cet opus est avant tout connu, c'est bien sur pour sa chanson phare donnant le titre à l'album. The Message est bien plus qu'un titre sur un disque, c'est un des premiers enregistrements évoquant la vie difficile dans un ghetto américain. Un long récit social de sept minutes décrivant crûment et en détail la lutte quotidienne et la difficulté de vivre dans le Bronx au début des années quatre-vingt. La colère d'une injustice sociale se mêle à une détresse qui n'a plus lieu d'être cachée. Bien au contraire, elle reviendra avec insistance à chaque début de refrain : " don't push me cause i'm close to the edge, i'm trying not to lose my head / Ne me pousse pas car je suis près du bord, j'essaie de ne pas perdre la tête ". Tout est déjà dit dans cette composition superbement écrite. Du sentiment d'abandon qui peut rendre fou à la violence urbaine, en passant par le leurre de voir le monde des gangsters comme celui d'un échappatoire alors qu'il ne tend qu'à une fin : finir en prison.

 Ce morceau faisant à l'époque l'effet d'une bombe est indissociable du hip-hop et préfigure ce que deviendra ce mouvement dans les années quatre-vingt de Los Angeles à Paris; beaucoup de groupes parleront désormais de leur mal-être sans détour et du quotidien de la rue. Une réalité qui éclate au grand jour pour une société qui, à ce moment-là, ne s'intéresse tout simplement pas encore au sort de cette population. Étonnamment on pense souvent à tort que ce morceau est de Grandmaster Flash. En fait, la musique est l’œuvre des musiciens du Sugar Hill Band et les paroles celle de Melle Mel des Furious Five - qui sera le premier à s'autoproclamer MC - et de Duke Bootee toujours des Sugar Hill Band. Quant à Flash et les quatre autres rappeurs du Furious Five, bien que figurant dans les crédits du morceau, ils n'étaient pas intéressés par celui-ci. Néanmoins, dans le célèbre clip, Rahiem prendra la place de Duke Bootee lors de son couplet.



photo image picture groupe new york rap hip hop art sound
Grandmaster Flash & The Furious Five


 Le reste de l'album est pour le moins inégal. La première face comporte son lot de titres efficaces et terriblement dansants. De l'excellent She's Fresh et sa puissante basse funk (qui se montrera omniprésente tout au long du disque) au très electro Scorpio, tout y sera fait pour passer un agréable moment sans pour autant révolutionner le genre. 
La seconde face, elle, se montrera plus intimiste. La faute à des chansons volontairement plus calmes, voire chiantes, mais qui trouveront à n'en pas douter leur public car parfaitement exécutées. 
Le vinyle anglais et les rééditions CD qui suivront seront agrémentés d'un morceau en plus, The Adventure Of Grandmaster Flash On The Wheels Of Steel, qui n'aura pour unique but que celui de prouver les nombreux talents du DJ aux platines. Le grand maître alternera à loisir des samples tirés de différents groupes tels que Deborah Harry de Blondie chantant " Flash is Fast, Flash is Cool " (provenant du morceau Rapture), la basse grondante d'Another One Bites The Dust de Queen sera elle aussi intégrée et accompagnera le titre. Flash montre au travers de ces hits sa totale maîtrise des techniques l'ayant rendu célèbre. Du cutting au scratch tout y passera dans ce grand moment dédié à sa gloire. Un excès d'ego qu'on lui pardonnera bien volontiers.

 The Message marqua son époque grâce à sa chanson éponyme décrivant avec sincérité ce que pouvait ressentir une jeunesse parquée dans des ghettos. Ce titre deviendra une voie à suivre pour bon nombre de groupes issus du mouvement hip-hop avant que ce dernier ne devienne ce que l'on connait de nos jours. Le reste de l'album sera réussi dans son ensemble mais n'atteindra malheureusement pas les mêmes sommets.


 Grandmaster Flash & The Furious Five - The Message


4 commentaires:

  1. classique parmi les classiques

    RépondreSupprimer
  2. j'ai le vinyle original malheureusement il a tellement tourné qu'il est devenu presque inaudible :(

    RépondreSupprimer
  3. Je l'adore ce disque, ca reste fresh.

    RépondreSupprimer
  4. Premiere fois que je tombe sur un article court ! Que dire...Un super disque qui je trouve na pas prit une ride.

    RépondreSupprimer