samedi 22 décembre 2012

Chronique : The Vandals ~ Oi To The World ! (Christmas With The Vandals) (1996)


wax diggger cover picture image pochette album cd punk art sound
Kung Fu Records

Playlist : 1- A Gun For Christmas / 2- Grandpa's Last Xmas / 3- Thanx For Nothing / 4- Oi To The World / 5- Nothing Going To Ruin My Holiday / 6- Christmas Time For My Penis / 7- I Don't Believe In Santa Claus / 8- My First Xmas (As A Woman) / 9- Dance Of The Sugarplum Fairies / 10- Here I Am Lord / 11- C-H-R-I-S-T-M-A-S / 12- Hang Myself From The Tree 

C'est Noël ! l'heure d'ouvrir nos cadeaux tant attendus avec un grand sourire aux lèvres, contempler le regard d'un enfant qui découvre son nouveau jouet pour finalement jouer avec l'emballage. Ah ! qu'il est beau cet instant plein de grâce... Sinon, pour les plus grands ou les aigris qui n'ont plus cette magie en eux et qui ne se sentent pas concernés par ce joyeux moment, préférant plutôt vider leur troisième bouteille de champagne, il y a cet album : Oi To The World ! (Christmas With Vandals) sorti en 1996 sur le label Kung Fu Records.

 S'il y a bien une fête importante dans les sociétés occidentales c'est Noël. Que l'on aime ou pas, c'est un passage obligé qu'on ne manquera pas de nous imposer quoiqu'il arrive dans ce monde. Je rêve par exemple d'une grande chaîne de télé qui, le soir du 24, ne diffuse pas un programme niais en rapport à cet événement, mais mon rêve, il faut bien l'admettre, restera lettre morte. 
Pour l'industrie musicale c'est aussi un grand événement, l'occasion pour elle de ressortir quantité de disques : de la énième compilation re-re-remixée aux offres marketing bien connues qui consistent à sortir un CD avec des morceaux en plus, ils usent de tous les stratagèmes malfaisants possibles. Autre manœuvre pour nous faire dépenser notre argent si convoité, mais qui est un peu plus intéressante toutefois pour l'acheteur, celle de sortir un album spécialement pour Noël. L’Amérique est passée maître dans cet art, tout un tas d'artistes de variété sortent un album prévu à cet effet pour le plus grand plaisir des fans assoiffés de jolies mélodies parsemées de sons de clochettes scintillantes.


 C'est donc pour se foutre de cet aspect mercantile que The Vandals débarque en octobre 1996 avec leur sixième album sobrement intitulé : Oi To The World ! (Christmas With The Vandals). Le groupe californien fondé dans les années 80 est connu pour son humour merdique bien souvent sous la ceinture et sa tendance à l'ironie. Rien ou si peu n'est à prendre au sérieux dans leurs textes et s'il y avait bien une formation qui pouvait se permettre de s'en prendre joyeusement à cette fête c'était bien lui. 

L'album original fut édité en petite quantité, et pour cause, le label Kung Fu Records venait d'ouvrir ses portes la même année et n'avait donc pas les fonds nécessaires pour un gros tirage. C'est grâce à son amitié avec No Doubt, qui viennent eux aussi de Californie, que cet album des Vandals eut droit à une plus large exposition, Gwen Stefani et sa bande reprenant l'année suivante le titre Oi To The World. No Doubt réalisa même un clip pour cette chanson peu de temps après
Kung Fu Records ayant, au bout de quelques années, pris de l'ampleur, ressortit le disque avec un nouvel artwork et un titre en plus (tiens,tiens...). Le batteur du groupe Josh Freese étant occupé dans d'autres projets musicaux durant l'enregistrement, plusieurs batteurs se sont partagé la plupart des morceaux. On retrouve donc Erik Sandin de NOFX, Brooks Wackerman apparu dans Suicidal Tendencies et Infectious Grooves et enfin Rat Scabies des légendaires Damned. Chaque année depuis la sortie de l'album, The Vandals joue la quasi intégralité de cet opus dans la ville d'Anaheim.




picture photo image punk noel californie art sound
The Vandals


 Autant prononcer le verdict de suite : il ne faudra pas s'attendre à un grand album de punk rock. Les compos restent ultra limitées et n'ont pour seul but que de celui de mettre à mal la magie conservatrice de Noël. Si on prend uniquement en compte cet aspect-là, alors l'album le fait parfaitement bien. Le sourire aux lèvres se fera de plus en plus présent à chaque nouvelle chanson, si on aime un tant soit peu l'humour potache d'adolescents attardés. La palme de l'absurde reviendra bien entendu à Christmas Time For My Penis. Tino Rossi, lui qui a su si bien chanter cette date, doit se retourner dans sa tombe devant tant de bêtises voulues et assumées. Les Vandals portent indécrottablement bien leur nom puisqu'ils s'emploient à massacrer l'esprit de Noël avec un acharnement qui frôle l'admiration sur des titres cette fois hautement punk tant dans la musique que dans le chant braillé. 

 Mettez donc ce disque le soir du réveillon, les plus sincères des participants - ou les plus bourrés, ce sont souvent les mêmes - avouerons une envie mesquine à l'écoute de certaines pistes, celle d'exploser à main nue le délicieux chapon qui trône fièrement au centre de la table. En parlant de table elle finira vite retournée par ces mêmes invités un brin éméchés et ne manquera pas d'emporter dans sa chute si soudaine la porcelaine de mamie et la déco follement kitsch qui est toujours de sortie ce soir-là. Même si cet album est une vaste blague il n'en reste pas moins qu'on aura droit aussi à notre cadeau bien mérité avec le titre Oi To The World ! qui est définitivement la meilleure chanson se trouvant ici. A tel point qu'elle en est devenue un classique du groupe et du mouvement punk dans son ensemble. Cette chanson qui s'évertue à rassembler les punk et les skins traditionnels, fout une pêche indescriptible. Elle est parfaitement structurée et exécutée en sus.

 Oi To The World ! (Christmas With The Vandals) est un album à part dans la carrière des Vandals, qu'il soit bon ou mauvais n'a aucune importance. Il faut le juger comme un amusement et il en devient du coup une franche réussite. En prime on aura droit à un véritable hymne. Alors ne boudons pas notre plaisir, et joyeux Noël à tous !


 The Vandals - Oi To The World !


3 commentaires:

  1. album marrant mais qui est trrès vite oublié après ecoute

    RépondreSupprimer
  2. sympa tant l'article que l'album

    RépondreSupprimer
  3. Je connais Oi to the world part no doubt mais je ne savais pas que c'était d'eux, sympa.

    RépondreSupprimer