vendredi 30 novembre 2012

Chronique : Infectious Groove ~ The Plague That Makes Your Booty Move... It's The Infectious Groove (1991)


Infectious Groove - The Plague That Makes Your Booty Move... It's The Infectious Groove (1991) art sound
Epic

Playlist : 1- Punk It Up / 2- Therapy / 3- I Look Funny ? / 4- Stop Funk'n With My Head / 5- I'm Gonna Be My King / 6- Closed Session / 7- Infectious Grooves / 8- Infectious Blues / 9- Monster Skank / 10- Back To The People / 11- Turn Your Head / 12- You Lie...And Yo Breath Stank / 13- Do The Sinister / 14- Mandatory Love Son / 15- Infecto Groovalistic / 16- Thanx But No Thanx

The Plague That Makes Your Booty Move... It's The Infectious Groove sort en 1991 sur le label Epic. Amateurs de basses rutilantes et de fusion metal funk, cet album va vous plaire.

 Avant de parler plus en profondeur de cet album, il serait bon de revenir sur la genèse d'Infectious Groove. Alors que Mike Muir et Robert Trujillo officient déjà depuis quelques années dans le groupe de punk hardcore, Suicidal Tendencies, ils décident de fonder en 1991 un nouveau projet en parallèle. On abandonne la vitesse d’exécution au profit d'un groove de folie. Une musique cette fois plus orientée fusion et qui repose surtout sur le jeu de basse de Trujillo. Infectious Groove c'est donc la rencontre du funk et du métal mêlé à un soupçon de punk hardcore, rien de moins. Si le groupe ne devait être au départ qu'un délire entre amis, il trouvera rapidement un certain succès auprès du public. Succès mérité puisque le son des Infectious reste encore aujourd'hui assez unique, toujours novateur et garanti sans prise de tête.


mardi 20 novembre 2012

Chronique : New Order ~ Movement (1981)


wax digger chronique picture photo image pochette album vinyle groupe joy division art sound
Factory

Playlist : 1- Dreams Never End / 2- Truth / 3- Senses / 4- Chosen Time / 5- I.C.B / 6- The Him / 7- Doubts Even Here / 8- Denial 

L'après Joy Division pour les membres restants débute avec Movement sorti en novembre 1981 sur le label Factory.

 Movement représente le renouveau des ex Joy Division. Un an après la pendaison de son leader charismatique, Ian Curtis, le groupe revient avec un nouvel album. Les nouveautés apportées ne s’arrêtent pas là et sont importantes. Un nouveau nom de scène, nouveau musicien en la personne de Gilian Gilbert qui devient le claviériste tandis que Bernard Sumner passe au chant. La formation ainsi remaniée est prête à retourner dans la lumière des stroboscopes. 


dimanche 18 novembre 2012

Chronique : Babies Go Pink Floyd


picture image photo cover album pochette art sound
RGS

Playlist : 1- Wish You Were Here / 2- Time / 3- On The Turning Away / 4- Another Brick In The Wall / 5- Money / 6- Learning To Fly / 7- Echoes / 8- Hey You / 9- Confortably Numb / 10- A Great Day For Freedom / 11- Sorrow / 12- Us And Them / 13- Shine On You Crazy Diamond / 14 High Hope

Vos enfants en ont marre des berceuses ringardes ? Art of Sound pourrait bien avoir la solution.

 Il ne s'agit pas ici d'une réelle chronique, mais plus d'un coup de projecteur sur des compilations sympathiques. La série des Babies Go part d'une idée toute bête mais ingénieuse : reprendre des artistes populaires en version berceuse, et il faut l'admettre le résultat est nettement réussi. Pink Floyd, Queen, Beatles, Elvis, Bob Marley, Rolling Stones, Doors et bien d'autres seront donc mis à l'honneur dans differents CD.


Chronique : Lou Reed ~ Transformer (1972)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Velvet
RCA

Playlist : 1- Vicious / 2- Andy'Chest / 3- Perfect Day / 4- Hangin' Round / 5- Walk On The Wild Side / 6- Make Up / 7- Satellite Of Love / 8- Wagon Wheel / 9- New York Telephone Conversation / 10- I'm So Free / 11- Goodnight Ladies 

Deuxième album solo de Lou Reed, Transformer ne connait à sa sortie qu'un succès minime bien qu'il s'agisse là d'un véritable chef-d’œuvre.

 Lassé de ses années dans le mythique Velvet Underground, Lou Reed claque violemment la porte de ce groupe qui rentrera dans la légende des années plus tard, sans même attendre la sortie de l'album Loaded. Il rentre alors chez sa mère et sombre encore un peu plus dans sa propre déchéance. Il n'abandonne pas pour autant la musique et entame rapidement une carrière solo qui débute malheureusement par un gros flop. En effet les ventes de son premier opus, dont une grande partie des titres a été écrite lorsqu'il était encore dans son ancienne formation, ne décollent pas. 
La même année, il rencontre David Bowie nouvelle star du glam en Angleterre, qui décide aussitôt de produire le nouveau disque de son idole. Il espère par la même occasion lui sortir la tête de l'eau en lui faisant connaitre le succès que le New-yorkais mérite. 


vendredi 16 novembre 2012

Chronique : America ~ History (1975)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Pop
Warner Bros

Playlist : 1- A Horse With No Name / 2- I Need You / 3- Sandman / 4- Ventura Highway / 5- Don't Cross The River / 6- Only In Your Heart / 7- Muskrat Love / 8- Tin Man / 9- Lonely People / 10- Sister Golden Hair / 11- Daisy Jane / 12- Woman Tonight

Le premier best of du groupe folk America sorti en 1975 sur le label Warner Bros est un concentré de douceur au goût de miel.

 America est un groupe anglo-américain formé en 1972. A l'origine composé de Gerry Beckley, Dewey Bunnell et de Dan Peek, la formation connaîtra son heure de gloire dans les années soixante-dix grâce à ses quelques tubes folk écrits alors qu'ils étaient à peine sortis de l'adolescence. History est donc leur première compilation réunissant douze morceaux provenant de cinq de leurs opus : America et Homecoming sorti en 1972, Hat Trick en 1973, Holiday en 1974 et enfin Hearts en 1975.


mardi 13 novembre 2012

Chronique : Air ~ Virgin Suicide (2000)


wax digger reviews pochette cover image picture photo versaille french touch art sound
Record Makers

Playlist : 1- Playground Love / 2- Clouds Up / 3- Bathroom Girl / 4- Cemetary Party / 5- Dark Messages / 6- The Word 'Hurricane' / 7- Dirty Trip / 8- High School Lover / 9- Afternoon Sister / 10- Ghost Song / 11- Empty House / 12- Dead Bodies / 13- Suicide Underground

Bande originale du long métrage éponyme, Virgin Suicide est un bijou pur et mélancolique.

 Virgin Suicide de Sofia Coppola, narre l'histoire de cinq sœurs un brin polissonnes dans une banlieue bourgeoise de Détroit durant les années 70. Avec un tel titre et sans rien révéler de l'intrigue, on se doute facilement d'une partie du dénouement. Ce film d'une beauté absolue (Kirsten Dunst aide plutôt bien avec son rôle de nymphette), que je conseille au passage tout comme le fabuleux Lost In Translation de la même réalisatrice, donne l'occasion à Air de s'adonner aux joies ô combien casse gueule de la bande originale. On n'en fera pas mystère plus longtemps, c'est un coup de maître ahurissant qu'a réussi à réaliser le duo de Versailles, Virgin Suicide en musique est un monument de noirceur atmosphérique.


lundi 12 novembre 2012

Chronique : Mayhem ~ Dawn Of The Black Hearts (1995)


picture cover pochette black metal groupe morbid chronique art sound


Playlist : 1- Deathcrush / 2- Necrolust / 3- Funeral Fog / 4- Freezing Moon / 5- Carnage / 6- Buried By Time And Dust / 7- Chainsaw Gutsfuck / 8- Pure Fucking Armageddon / 9- Danse Macabre / 10- Black Metal / 11- Procreation Of The Wicked / 12- Welcome To Hell

Album pirate du groupe norvégien de black metal, Mayhem, Dawn Of The Black Hearts est rapidement devenu un enregistrement culte pour certains fans.

 Dawn of the Black Hearts est un album intéressant pour différentes - et surtout mauvaises - raisons. La première est évidemment sa pochette, nul doute que l'on pouvait difficilement faire mieux en matière de mauvais goût et de provocation de bas étage. On retrouve donc sur cette pochette le cadavre du chanteur Per Yngve Ohlin - un peu plus connu sous le nom de scène Dead - juste après après son suicide en avril 1991. Visiblement notre ami chevelu de vingt-deux ans s'est ouvert les poignets avant de se tirer une balle dans la tête, de quoi faire frémir un adolescent bas du front, fan de metal extrême et de Paranormal Activity, qui souffre d'un mal de sensations fortes et qui forcément trouvera cette photo so cool


vendredi 9 novembre 2012

Chronique : Mulatu Astatke ~ Ethiopiques Vol.4 : Ethio Jazz 1969-1974 (1998)


picture cover pochette image jazz art sound
Buda Musique

Playlist : 1- Yèkèmo Sèw / 2- Mètché Dershé / 3- Kasalèfkut Hulu / 4- Tezeta / 5- Yègellé Tezeta / 6- Munayé / 7- Gubèlyé / 8- Asmarina / 9- Yèkatit / 10- Nètsanèt / 11- Tezetayé Antchi Lidj / 12- Sabyé / 13- Ené Alantchi Alnorem / 14- Dèwèl

Chronique du quatrième volume de la série des Ethiopiques consacré cette fois à Mulatu Astatke, père fondateur d'un style de jazz provenant d'Addis-Abeba.

 Originaire d'Éthiopie, Mulatu Astatke fait des études en Angleterre. Il y intègre à la fin des années 1950 le Trinity College of Music de Londres pour apprendre la clarinette et l'art de la composition. Puis rapidement, il part en Amérique, plus précisément à New York ainsi qu'à Boston, où il sera le premier étudiant africain du Berklee College of Music. De cette expérience américaine il retiendra particulièrement deux choses : le jazz et la musique latino. Astatke  ramène au pays à la fin des années soixante toutes ces trouvailles sonores et les mélange avec la musique traditionnelle éthiopienne pour créer un tout nouveau genre : l'Ethio-jazz.

dimanche 4 novembre 2012

vendredi 2 novembre 2012

Chronique : Nuggets : Original Artyfacts From The First Psychedelic Era, 1965-1968 (1972)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Garage, Punk
Elektra

Playlist : 1- I Had Too Much To Dream (The Electric Prunes) / 2- Dirty Water (The Standells) / 3- Night Time (The Strangeloves) / 4- Lies (The Knickerbockers) / 5- Respect (The Vagrants) / 6- A Public Execution (Mouse) / 7- No Time Like The Right Time (The Blues Project) / 8- Oh Yeah (The Shadows Of Knight) / 9- Pushin' Too Hard (The Seeds) / 10- Moulty (The Barbarians) / 11-  Don't Look Back (The Remains) / 12- An Invitation To Cry (The Magicians) / 13- Liar,Liar (The Castaways) / 14- You're Gonna Miss Me (13th Floor Elevators) / 15- Psychotic Reaction (Count Five) / 16- Hey Joe (The Leaves) / 17- Romeo & Juliet (Michael and the Messengers / 18- Sugar And Spice (The Cryan' Shames) / 19- Baby Please Don't Go (The Amboy Dukes) / 20- Tobacco Road (Blues Magoos) / 21- Let's Talk About Girls (The Chocolate Watchband) / 22- Sit Down, I Think I Love You (The Mojo Men) / 23- Run, Run, Run (The Third Rail) / 24- My World Fell Down (Sagittarius) / 25- Open My Eyes (Nazz) / 26- Farmer John (The Premiers) / 27- It's-a-Happening (The Magic Mushrooms)

Sortie pour la première fois en 1972, Nuggets : Original Artyfacts From The First Psychedelic Era, 1965-1968, est une compilation culte comprenant vingt-sept titres de rock garage et psychédélique.

 Jac Holzman, fondateur de la maison de disques Elektra, et Lenny Kaye, qui deviendra le guitariste de Patti Smith, eurent l'idée de réunir sur un double vinyle une trentaine d'artistes qui, en 1972, étaient déjà pour la plupart d'entre eux tombés dans l'oubli. Le futur mouvement punk sera grandement influencé par tous ces groupes, par le rock garage dans son ensemble, mais surtout par ce disque. Une oeuvre dans laquelle nous pouvons d'ailleurs pour la première fois apercevoir le terme punk dans les notes de sa pochette.


jeudi 1 novembre 2012

Chronique : Sonic Youth ~ Goo (1990)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Rock, New York, Grunge
DGC

Playlist : 1- Dirty Boots / 2- Tunic (Song For Karen) / 3- Mary-Christ / 4- Kool Thing / 5- Mote / 6- My Friend Goo / 7- Disappearer / 8- Mildred Pierce / 9- Cinderella's Big Score / 10- Scooter + Jinx / 11- Titanium Expose

Que se passe-t-il quand un des groupes les plus talentueux de la scène alternative signe sur une major ? La réponse ne tient qu'en trois lettres : Goo

 Les nouveaux venus pourraient en douter en l'écoutant, mais à l'époque de sa sortie Goo constituait une porte d'entrée idéale dans le vaste univers noisy des Sonic Youth. Mieux produit, moins sale, légèrement plus pop et donc plus accessible au commun des mortels qu'un Evol ou que Daydream Nation (tous deux excellents). Malgré ce côté en apparence plus sage, Goo reste un disque qui donne le tournis quand on le découvre - ou le redécouvre après plusieurs années - tant il y a de matières à ingurgiter, de sons à décortiquer. Un travail qui demandera des dizaines d'écoutes attentives pour en assimiler tous les recoins... finalement comme toujours avec le groupe le plus branché de New York.