vendredi 19 octobre 2012

Chronique : TAD ~ God's Balls (1989)


wax digger reviews pochette cover image picture album vinyl seattle grunge art sound
Sub Pop
Playlist : 1- Behemoth / 2- Pork Chop / 3- Helot / 4- Sex God Missy / 5- Cyanide Bath / 6- Boiler Room / 7- Satan's Chainsaw

Premier opus du groupe Tad, God's Balls est disponible dans les bacs en 1989 sur le label Sub Pop.

Formé à Seattle en 1988, Tad, dont le titre du groupe provient tout simplement du prénom du chanteur/guitariste Tad Doyle, fait partie de la première vague de ce qu'on appellera très vite le grunge. C'est aussi une des premières formations à signer sur le label Sub Pop. Bien qu'ayant fait quelques tournées à l'international ils n'ont finalement pas profité du succès qui entourait pas mal de groupes de ce genre.



 La pochette donne le ton : pas de place ici au raffinement et aux mélodies compliquées, les membres de Tad vont à l'essentiel dès le premier titre Behemoth. La voix de Doyle s'y fait grasse et puissante, à son image. La batterie de Steve Wied,  est sympathique sans être extraordinaire.
Musicalement Tad fait ce que beaucoup de groupes de Seattle ont fait durant cette période : du metal, teinté de punk. On peut facilement reconnaître dans cet album des touches qui se retrouvent dans Bleach de Nirvana ou dans les premiers opus de Mudhoney. Autrement dit ça ne vole pas bien haut - et ce n'est pas le titre Pork Chop qui nous contredira - mais ça reste un bon défouloir bien foutu, mais avouons-le, moins profond que les exemples sus-cités. 




TAD grunge, groupe, art sound
Tad


Pourtant c'est Monsieur Jack Endino qui est aux manettes, comme là encore sur beaucoup de disques de l'écurie Sub Pop, mais les compositions sont trop pauvres sur God's Balls pour en faire des miracles. Ça sent la bière, la sueur et le vomi mais ça s’arrête brutalement là. Il n'y a guère qu'un Sex God Missy également disponible sur la compilation Sub Pop 200 sortie un an plus tôt, pour nous faire dire que le groupe de l'ancien boucher avait le potentiel pour nous offrir mieux. Boiler Room s'en tire aussi honorablement avec ses airs psyché d'une noirceur toute Black Sabbathienne. God's Balls se finit avec le morceau Satan's Chainsaw, une nouvelle fois pas à la hauteur même si les guitares accrocheuses, et encore et toujours la batterie rutilante qui frappe fort et sec, sauvent de peu le titre.

God's Balls n'est ni bon, ni mauvais, c'est un énième disque de Seattle qui sans l’avènement du grunge aurait surement sombré dans l'amnésie générale. Quelques moments sont efficaces et réussis mais l'ensemble a mal vieilli. L'album souffre de la comparaison, on trouvera largement mieux dans la grande discothèque venant de ce bout de monde. Tad est un bon groupe de bar sans prétention et finalement c'est déjà pas si mal.



Tad - Behemoth


2 commentaires: