lundi 3 septembre 2012

Chronique : Give'Em The Boot (1997)


wax digger reviews cover punk image pochette picture rancid skate art sound hellcat
Hellcat Records


Playlist : 1- The Brothels (Rancid) / 2- Watch This (The Slackers) / 3- Can't Wait (Hepcat) / 4- New Breed (The Pietasters) / 5- Spirits Of The Streets (The Business) / 6- Los Hombres No Lloran (Voodoo Glow Skulls) / 7- Barroom Heroes (Dropkick Murphys) / 8- Does He Love You (Skinnerbox) / 9- 17 @ 17 (The Upbeat) / 10- Open Season (Stubborn All-Stars) / 11- Beautiful Girl (The Gadjits) / 12- Roots Radicals (Union 13) / 13- Jaks (U.S. Bombs) / 14- Fifteenth And T (Swingin' Utters) / 15- Latin Goes Ska (Skatalites) / 16- Policeman (The Silencers) / 17- Heart Like A Lion (Pressure Point) / 18- Infested (Choking Victim) / 19- No Time (F-Minus) / 20- Playtime (Dave Hillyard And The Rocksteady Seven)


Compilation réunissant vingt artistes de punk et de ska, Give Em The Boot est sortie en 1997 sur le - alors très jeune - label Hellcat Records. Un disque à posséder pour toute sa richesse.

 Hellcat Records est une branche de la maison de disques Epitath Records créée par Brett Gurewitz, le guitariste du groupe Bad Religion. Tim Armstrong, qui lui aussi officie à la guitare mais cette fois dans le groupe Rancid, le rejoint et ils fondent ensemble le label du chat de l'enfer. De nombreux disques naîtront sous la houlette de ces deux pointures du punk californien des années 90, mais l'un de mes préférés reste cette magnifique compilation. Alternant avec brio la brutalité du punk rock et le groove chaloupé du ska, Give'Em The Boot est de bout en bout excellent. Il comprend un bon nombre d'artistes majeurs du genre qui ne cesseront de prouver par la suite leur talent et ce depuis une quinzaine d'années. Il existe, pour l'instant, sept compilations contenant un mini poster. A noter qu'un DVD éponyme est sorti dans le commerce.

 A tout seigneur, tout honneur. Les premiers à ouvrir le bal des agités sont les Rancid avec The Brothels. Le titre débute avec une sirène de police pour ensuite nous faire subir un torrent de guitares affûtées. Les riffs y sont simples mais doublement efficaces et mettent la pêche sans faux semblant. The Slackers calme le jeu et nous font profiter de Watch This qui est une excellente chanson avec son chant mélancolique. Tout comme les Hepcat qui, comme à leur habitude, donnent le sourire avec leur son ska/rocksteady.
On entre d'un grand coup de pied dans la porte dans la Oi! avec Spirits Of The Streets des Business, le groupe anglais, aficionados du club de West Ham, qui déménage tout sur son passage en un peu moins de deux minutes. C'est violent, ça va droit au but et c'est sans concession, tout ce que l'on aime chez eux. Juste derrière les Voodoo Glow Skulls enquillent en nous faisant part de leur West Coast Skacore avec le titre festif et si sympathique Los Hombres No Lloran, dont on ne se lassera pas après des centaines d'écoutes attentives. Une constante pour tous les titres figurant ici.


wax digger reviews cover punk image pochette picture rancid skate art sound hellcat logo
Logo d'Hellcat Records


 Attention, LA pépite de cette compilation n'est autre que Barroom Heroes des Dropkick Muprhys. La formation originaire de Boston, si fidèle à ses racines celtes, débute le morceau avec vingt-cinq secondes de cornemuse avant que la fureur et la sueur ne fassent plus qu'un. Tout explose, se libère et se fracasse jusqu'au break où la cornemuse revient accompagnée un chant parlé, tel un discours, remotivant des troupes qui, à nouveau revigorées, lâcheront rage et énergie dans des pogos meurtriers. Un morceau, unique, génial comme il n'y en a que trop peu dans ce genre musical des années 90.

 The Gadjits, venant de Kansas City, lâche un Beautiful Girl pêchu faisant la part belle au fameux orgue Hammond et donne une envie irrésistible de danser du moins jusqu'à ce que les Union 13, eux, nous envoient leur hardcore hispanique et sur-gonflé en testostérone en pleine tête avec leur reprise des - encore eux - Rancid. La mythique chanson Latin Goes Ska des non moins célèbres Skatalites figure sur cette compilation, je ne vous ferais pas l'affront d'en dire plus sur ce titre que chacun a dû entendre au moins une fois dans sa vie.
Le groupe écossais The Silencers entre en piste avec ses claviers faussement lugubres tout droit sortis d'une série Z. Policeman est un morceau agréable qui a le mérite de changer légèrement du reste de ce que l'on peut entendre sur le disque sans en être pour autant exceptionnel. Les trois autres titres qui suivent ne sont qu'une succession de punk/Oi!, bien fournis en glaviot et en bière. C'est bruyant, rapide et sans subtilité, par conséquent le job est fait avec efficacité. Dave Hillyard And The Rocksteady Seven ferme la marche grâce à Playtime, du ska saupoudré de jazz reposant et salutaire pour reprendre son souffle ainsi que son esprit.

 Give'Em The Boot premier du nom est pour moi la meilleure des compilations éponymes sortie sur Hellcat Records. Une heure de musique alternant violence et douceur. Rien n'y est mauvais bien au contraire : la plupart des titres frôle l'excellence si on aime un tant soit peu ce genre de musique. Si vous ne l'avez pas encore, ruez-vous dessus sans attendre, surtout au vu du prix très bas du CD.






3 commentaires:

  1. sont trop bien ces compils !

    RépondreSupprimer
  2. je préfère la deuxième mais celle la est bien cool aussi

    RépondreSupprimer
  3. Du bon sons qui reveille

    RépondreSupprimer