mercredi 22 août 2012

Chronique : This Mortal Coil ~ Sixteen Days/Gathering Dust (EP) (1983)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image
4AD


Playlist : 1- Sixteen Days/Gathering Dust / 2- Song To The Siren / 3- Sixteen Days Reprise

Projet musical fondé en 1983, This Mortal Coil fédérera plusieurs membres de différents groupes pour que cet EP à la pochette magnifiquement glaçante puisse voir le jour.

 En 1980, Ian Curtis le chanteur des Joy Division meurt. La même année Ivo Watts-Russell fonde la maison de disques 4AD. Très vite il signe le groupe New Wave, Modern English.
En 1983,il demande à ce groupe de faire un medley comprenant deux de leurs chansons, Sixteen Days et Gathering Dust, afin de sortir un single. Mais une partie du groupe ne l'entend pas de cette oreille et rejette l'idée.
Légèrement têtu, le président de 4AD prend alors le guitariste et le bassiste des Modern English, va chercher le claviériste des Colourbox, puis le chanteur du groupe écossais Cindytalk, et enfin pour finir tape à la porte des Cocteau Twins. Une fois tout ce beau monde réuni, This Mortal Coil dont le nom est tiré d'un vers d'Hamlet, est né. Le projet de Watts-Russell peut enfin démarrer.

 Le maxi débute donc avec le medley Sixteen Days/Gathering Dust. Là où les Modern English, dans les versions originales, pratiquaient un post-punk chaotique lorgnant vers le gothique, les This Mortal Coil arrondissent les angles pour en faire une coldwave aussi douce que froide. Les deux morceaux réunis pour n'en faire plus qu'un, d'une durée de neuf minutes, nous emmènent dans un rêve effrayant dont la beauté sombre n'a d'égale que la morosité qu'elle entraîne. Difficile de rester de marbre devant ce long morceau atomisant sur tous les points les chansons d'origines - même si elles sont très bonnes aussi - tant le chant d'Elizabeth Fraser (Cocteau Twins) est particulièrement envoûtant et la basse monstrueuse.
J'en profite pour parler de suite du troisième et dernier morceau de cet EP qui n'est autre, comme son nom l'indique, qu'une deuxième reprise de Sixteen Days en plus brutale et cauchemardesque. Cette version est très bonne aussi mais on aurait préféré à la place un autre titre ne figurant pas déjà sur le disque.


reviews cover pochette image picture goth coldwave anglais groupe art sound
Elizabeth Fraser


 Cette légère déception, on l'oubliera très vite grâce au trésor sublime Song To The Siren, une reprise de Tim Buckley (oui, le père de Jeff Buckley). Là encore, This Mortal Coil transcende (c'est un euphémisme) de sa dream pop la version originale. La voix y est absolument fabuleuse. Cette chanson semble être écrite pour Liz Fraser qui en l'espace de 3 minutes devient cette sirène au chant beau et céleste. On ne résistera pas longtemps à son majestueux appel qui prend aux tripes et nous fait chavirer le cœur. Un titre indémodable.

 Sublime, magistral, onirique, envoûtant, sombre, froid, beau, les qualificatifs ne manquent pas pour cet EP qui cache sous sa superbe et terrifiante pochette de véritables perles. Ivo Watts-Russell a eu raison de persister dans son idée et de créer le supergroupe This Mortal Coil pour qu'on puisse bénéficier à loisir de ce superbe objet à la fois sobre et magnifique. Culte !



This Mortal Coil - Sixteen Days Reprise

4 commentaires:

  1. Je me souviens de ce disque que j'écoutai énormement à l'époque, de beau moment.

    RépondreSupprimer
  2. Jsuis resté scotché en l'écoutant

    RépondreSupprimer