mercredi 4 juillet 2012

Chronique : Gravenhurst ~ Fires In Distant Buildings (2005)


 art sound picture cover image pochette album rock wax digger reviews punk atmospherique ambiant vinyle cover vinyl image
Warp

Playlist : 1- Down River / 2- The Velvet Cell / 3- Animals / 4- Nicole / 5- The Velvet Cell Reprise / 6- Cities Beneath The Sea / 7- Song From Under The Arches / 8- See My Friends

Après deux albums acoustiques, Nick Talbot, leader sympathique des Gravenhurst, se décide à brancher les amplis afin de marquer encore un peu plus ses influences. Le garçon est fan de valeurs sûres telles que My Bloody Valentine, The Smiths ou bien encore Neil Young et cela s’entend.

 Gravenhurst, originaire de Bristol, nous revient avec un troisième disque sur le label Warp. Fini l'acoustique, enfin pas totalement, à l'instar du titre Nicole qui dégouline de spleen, une constante chez eux. Mais dans sa grande majorité, je vous l'assure, le groupe fait place nette à l'atmosphérique, au post-rock. A l'écoute de la première composition, Down River, un mot vient directement à l'esprit : envoûtant. Tout le reste sera du même acabit, de la même classe, sans avoir besoin d'en faire trop. Car nul besoin de faire compliqué pour créer une chanson efficace et Velvet Cell en est l'illustration parfaite.



art sound wax digger reviews picture image groupe band rock
Gravenhurst


 Il semble assez évident que le compositeur anglais a quelques tendances dépressives et anxiogènes. Il n'hésitera pas à nous les transmettre à travers le magnifiquement mélancolique Animals qui décrit une société au bord de l'explosion. Un sujet qui devrait être cher à chaque humain.
Le folk rock de bon goût poursuit sa route avec Cities Beneath The Sea, chanson une nouvelle fois sublime. La voix de Talbot y est vraiment touchante.
La sacro sainte formule, calme puis violent, indéfiniment utilisée, fait son apparition dans le morceau Song From Under The Arches. Personnellement, je ne suis pas fan de ce titre que je ne trouve pas très inspiré et qui, malheureusement, dure dix minutes. L'album se termine par See My Friends, Gravenhurst fournit là une bonne reprise psyché des Kinks même si ma préférée restera l'originale.

 Fires In Distant Buildings est un album intimiste, beau, créatif... son compositeur nous invite à le suivre dans son esprit tortueux. Il nous tient la main pour nous emmener dans des directions folk pour repartir vers des sonorités plus noise. La première partie de l'album est réellement bonne, toute en fulgurance mélancolique. Dommage que la deuxième partie, elle, soit légèrement en deçà mais pas de quoi nous faire regretter l'achat de ce disque intense, immersif, crépusculaire et rendre ainsi hommage à la mémoire d'un auteur méconnu mais sincère qui nous a quittés en décembre 2014 .



Gravenhurst - The Velvet Cell 


2 commentaires:

  1. Courte chronique mais une découverte tout de meme pour moi.

    RépondreSupprimer