samedi 9 juin 2012

Chronique : Don Covay ~ See-Saw (1966)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Soul
Atlantic

Playlist : 1- See-Saw / 2- The Boomerang / 3- Everything Gonna Be Everything / 4- Fat Man / 5-Precious You / 6- Iron Out The Rought Spots / 7- Please Do Something / 8- I Never Get Enough Of Your Love / 9- The Usual Place / 10- A Woman's Love / 11- Sookie, Sookie / 12- Mercy, Mercy

C'est en 1966 que Don Covay sort son album intitulé See-Saw, le deuxième de la discographie du chanteur Rhythm and Blues.

 Outre sa pochette que je trouve absolument superbe de classe, ce disque possède, sans jeu de mots, une véritable âme. Celle de ce chanteur à mon sens trop méconnu né en Caroline du Sud dans les années 30. Talent parmi les talents qui auront marqué le monde de la soul, et au-delà, grâce à ses compositions toutes aussi géniales les unes que les autres.

 L'album débute par le désormais classique See- Saw qui mettra tout le monde d'accord avec son ambiance incroyable. A noter que Aretha Franklin reprendra cette chanson à peine deux ans plus tard et connaîtra un succès plus important que l'originale. Selon moi la reprise est pourtant nettement inférieure mais un grand nom, nous le savons bien, est toujours signe de cash. Boomerang reste dans ce ton guilleret avec ses cuivres. Fat Man, chanson hommage au non moins célèbre Fat's Domingo, nous entraîne dans un simili twist endiablé et agréable. Habituel dans ce genre de musique, on échappera pas aux ballades douces avec notamment ce Precious You au tempo lent, parfait pour un dîner en amoureux, tout simplement sublime. Iron Out The Rought Spots, elle, tentera de se la jouer bossa nova cuivrée.


 blog art sound  wax digger reviews picture image atlantic soul funk chanteur
Don Covay, artiste encore trop méconnu


  I Never Get Enought Of Your Love est, je trouve, une des plus belles chansons écrites par Don Covay. Elle est d'ailleurs co-écrite avec Steve Cropper comparse d'Eddy Floyd.
 Ce fantastique disque s’achève par Sookie, Sookie et Mercy, Mercy. Sans conteste deux des plus gros tubes de Covay, à tel point qu'une quantité impressionnante d'artistes les reprendront de façons plus ou moins inégales. On peut citer par exemple pour la première la reprise de Steppenwolf et pour la seconde les cultissimes Rolling Stones. Si vous doutiez de l'importance de Don Covay dans l'univers musical, deux aussi grands noms devraient vous rassurer sur ces dires.

Malgré le génie de son auteur, See-Saw est passé quasiment inaperçu lors de sa sortie. Mais la musique n'a pas d'âge et c'est tant mieux car ce disque est intemporel. Je l'assure,on pourra le ressortir dans trente ans et s’émerveiller encore devant cette perle inimitable tout droit sortie de la Southern Soul.




Don Covay - See-Saw

2 commentaires: