samedi 26 mai 2012

Penser la musique

Partition musique classique blog art sound



La musique est-elle un langage ? Si oui, alors il nous faut l'apprendre pour la comprendre, au même titre que nous apprenons à parler.

Il y a principalement deux types de manière de considérer la musique ; Monteverdi et Mozart les résument en une phrase :
  • Selon Monteverdi (premier compositeur d'opéra), « le discours est maitre de ce qui l'entoure. » Pour lui, la musique est du chant accompagné. 
  • Selon Mozart, « la poésie doit être la fille obéissante de la musique. »
A chacun son avis, et sans doute n'y en a-t-il pas un plus vrai que l'autre.



Bref, ceci étant dit, revenons à notre question initiale, à savoir « la musique est-elle un langage ? »
Pour tenter de répondre à cette question, il nous faut d'ores et déjà savoir ce qu'est un langage.
Le langage est un système de signes ayant une syntaxe, des signifiants (ex : un cheval) et des signifiés (ex : l'animal).
La musique, elle, utilise des sons, et les signifiants n'ont pas de signifiés ; ils renvoient uniquement à eux-mêmes.
Elle est cependant le support des mots.
Les musiques uniquement instrumentales ont pour modèle l'élocution d'une voix chantée.

Encore une fois, il n'y a pas là de vérité ; la musique, un langage ? Selon certains oui, selon d'autres, non.
Boucourechliev écrit que, comme le langage parlé, la musique a une syntaxe, et pour cause : Dans Sonate in G de Mozart, l'on peut entendre comme des virgules, des points, des silences.



 Autrement dit, ce que l'on trouve dans les mots, on le trouve dans la musique. Proust avait des phrases interminables, il en est de même pour le musicien Fauré. Aussi, tout comme dans le langage parlé, il y a dans la musique des anaphores, des paronomases – répétitions, reprises.
Si les signifiants n'ont pas de signifiés, l'auditeur peut malgré tout entendre quelque chose qui a un sens.

Et Chostakovitch l'illustre parfaitement !
Compositeur soviétique du XX ème siècle, il va se servir de la musique pour dénoncer un régime totalitaire, fait qu'il a failli payer de sa vie. Comment ? En utilisant des atonalités, signant par là un mouvement avant-gardiste ; c'est ce qu'on appelle plus communément « le formalisme ».
Je n'vais pas vous raconter ici sa biographie, mais vous incite fortement à lire notre ami wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dmitri_Chostakovitch. Chostakovitch est la preuve même que oui, la musique a un sens, que oui, elle peut faire passer des messages, des idéologies, pousser à la révolte.
Les mots n'ont pas besoin d'être dits pour être entendus.

Quelques différents types de musique :
- la musique imitatrice :
Celle-ci imite le chant des oiseaux, le galop des chevaux.. contrairement aux musiques qui ne font qu'évoquer quelque chose par le biais de topiques – dont Malher a énormément usé –, la musique imitatrice n'évoque pas la chasse (par exemple), elle est la chasse.



Ici, nous avons une représentation parfaite des éléments ; tant et si bien que nous avons l'impression que l'humain est absent : la musique se fait réel.

- la musique comme moyen de consommation :
Cette musique est fonctionnelle et réduite aux stimuli. Elle est employée en vue de jouer sur le comportement de celui qui l'entend – ici, il y a une utilisation dégradante de la musique utilisée pour sa fin plutôt que pour son art. Cette musique est au service du fonctionnement de la société.


/!\ le saviez vous :
*le soir, de la musique classique est diffusée dans les gares afin de faire fuir les drogués.
*il a été remarqué que diffuser de la musique classique dans les cantines rendaient les enfants plus sages.
*une musique dynamique transposant ce dynamise à l'auditeur, les magasins peuvent diffuser certaines musiques pour inciter les gens à acheter d'avantage – notons également qu'à chaque type de magasin sa musique ; la musique ne sera pas la même dans un magasin de sport que dans un magasin d'électroménager.
→ la musique influence les comportements.
- la muzak :
C'est une musique entendue, et non pas écoutée. Dans le cadre d'une entreprise, elle a pour but d'accroitre les rendements en améliorant les conditions de travail des employés.
- la musique d'ameublement/décorative :
Erik Satie a inventé ce concept. Il s'agit d'une musique adaptée à un lieu et à une fonction, comme par exemple accueillir des invités dans un hall. Selon lui, cette musique permet de ne pas entendre ce qu'on ne veut pas entendre. Elle fait partie du confort au même titre que la lumière.

 
- la musique populaire :
Opposée à la musique dite « savante », la musique populaire a une pratique et une audition aisée. Elle se joue ou s'écoute sans que les personnes n'aient eu besoin d'un enseignement particulier.
La musique populaire a un invariant : la répétition.
Tandis que la musique savante chercher à dissimuler la répétition, la musique populaire la met en valeur.

- les musiques ethniques :
Musique qui accompagne une cérémonie religieuse, la fin des moissons... Elle est quasiment un rite.. Reliée au calendrier et à la vie quotidiennes des peuples, elle a pour fonction de socialiser. Elle créé un lien entre les différents acteurs.
→ c'est une musique qui se vit plus qu'une musique qui s'écoute vraiment. Elle permet une cohésion sociale car tout le monde y contribue.



Mais encore ..
La musique peut-être utilisée afin de guérir les troubles (physiques ou mentaux) d'une personne. Il s'agit de la musicothérapie.
Pour se faire, deux catégories de musique sont utilisées :
- la musique cathartique, purificatrice sur laquelle nous crions pour exprimer notre colère, pour décharger la tension.
- la musique sédative, une musique apaisante agissant contre l'anxiété.

Il y a deux types de musicothérapie :
- la musicothérapie réceptive : écoute de la musique par le patient – musique dépendant de son âge, de son style, de ses problèmes, de ce à quoi il veut aboutir.
- la musicothérapie active : le patient parle par la musique qui dès lors est substituée aux mots – c'est une communication non-verbale.

1 commentaire:

  1. c'était très intéressant, il en faudrait plus des comme celui-là

    RépondreSupprimer