vendredi 18 mai 2012

Chronique : Nirvana ~ In Utero (1993)


Wax Digger Reviews, Album, Disque, Vinyle, Vinyl, picture, Pochette photo, pics, Cover, instagram, image, Grunge, Cobain, Novoselic, Seattle, Grohl
Geffen

Playlist : 1- Serve The Servants / 2- Scentless Apprentice / 3- Heat-Shaped Box / 4- Rape Me / 5- Frances Farmer Will Her Have Revenge On Seatlle / 6- Dumb / 7- Very Ape / 8- Milk It / 9- Pennyroyal Tea / 10- Radio Friendly Unit Shifter / 11- Tourette's / 12- All Apologies

Suite à l'énorme succès de l'album, Nevermind, Nirvana traverse une mauvaise passe constituée de doute, de lassitude et l'envie de mettre un terme à tout ce cirque qui les dépasse. Le nouvel album accouchera dans la douleur.

As my bones grew they did hurt... They hurt really bad.


 A l'aube de cette année 1993, beaucoup de choses vont mal pour Nirvana. Kurt Cobain souffre énormément de douleurs à l'estomac. Cloîtré dans sa grande maison de Seattle, il s'isole de ses amis et surtout de ses fans. Refusant de faire la promotion d'une compilation de morceaux inédits : Incesticide, sorti quelque mois auparavant, il pense de plus en plus à dissoudre ce groupe qu'il ne parvient plus à maîtriser, quitte à se passer de l'avis de ses compagnons Krist Novoselic et Dave Grohl.

 Au sein du groupe les relations sont au bord de l'explosion. Des conflits et autres tumultes éclatent de toute part avec comme point d'orgue la fin de leur dernière tournée durant laquelle Cobain avait fini complètement défoncé. Novoselic, bassiste et cofondateur du groupe, essaie tant bien que mal de rester dans l'entourage de son ami. Grohl préfère prendre ses distances et bosse sur ses démos du nom de Late qui sortiront plus tard sur son premier album solo - la rumeur prétend qu'il était définitivement agacé par le comportement destructeur et chiant de Cobain. Dans ce contexte déjà difficilement gérable, la parution d'un livre à scandale sur Nirvana prouvant l'addiction de Kurt Cobain à l’héroïne et pire que son épouse Coutney Love continuera de se droguer durant sa grossesse mettra le feu aux poudres. Furieux il finira par prendre son téléphone et menacera les deux auteurs du livre, le message sera ainsi dévoilé à la presse, chose qui n'arrange pour le moins aucunement les affaires du groupe.

 C'est donc un groupe sur les nerfs qui se retrouve en studio fin 1993 pour donner une suite à Nevermind. Malgré toutes les tensions, le trio a la même envie : donner un son moins mainstream à ce nouvel opus et se rapprocher d'une énergie plus authentique à l'instar d'un Bleach. L'objectif clairement affiché est de redorer un blason underground terni par un succès imprévisible.
Cobain se sert de textes qu'il a écrits pendant la tournée pour entamer son travail d'auteur. Des paroles sombres, plus désabusées à l'image de sa vie actuelle et surtout une idée de titre d'album : I Hate Myself And I Want To Die (Je me déteste et je veux mourir.) - Phrase qu'il répète en boucle dans un sourire narquois à ceux qui lui demandent comment il se sent.
Début janvier, Nirvana commence l'enregistrement dans un studio prêté par Jack Endino, qui avait produit le premier opus. Le groupe est plutôt satisfait des premiers jours. Comme les chansons jouées semblent prometteuses, ils décident de faire appel à Endino afin de produire ce nouveau disque mais celui-ci refuse. Désarçonnés, ils se tournent alors vers Steve Albini, garçon réputé pour son intransigeance et ne faisant aucun compromis envers les majors. Lui accepte et commence à travailler sous les ordres de Cobain lui indiquant par fax précisément le type de son qu'il souhaite - on retrouve les schémas dans le journal intime de Cobain.



nirvana vinyle art sound wax digger reviews musique music grunge
Nirvana



  Nirvana prend donc la route à destination du Pachyderm Studio dans l'état du Minnosata pour y retrouver Albini. Afin de ne pas attirer l'attention des médias, ils le louent sous un nom grotesque : Simon Ritchie Band. L’enregistrement est relativement court, une quinzaine de jours. De retour à Seattle le groupe se porte bien mieux et reprend même confiance sur son avenir. Cobain, fidèle à lui-même, s'empresse de dire à la presse qu'il est plutôt content du résultat mais se rétracte dans la foulée : On frappe et on rate la cible, c'est une des choses délicates avec cet album. Je n'ai jamais été aussi désorienté de ma vie, mais en même temps je n'ai jamais été aussi satisfait de ma vie, déclara t'il lors d'une interview. Steve Albini lui déclare au vu des bandes catastrophique, l'album fera un bide.
Quant aux gens de la maison de disque Geffen, ils ne sont pas du tout emballés et font appel à Scott Litt pour modifier en urgence le mixage de deux titres, à savoir All Apologies et Heart Shaped Box.

In Utero s'ouvre sans tarder sur le virulent Serve The Servants. Ce qui frappe de suite à l'écoute de cette composition c'est qu'en effet le disque est beaucoup moins surproduit que son prédécesseur. On retrouve avec plaisir une formation plus rustre, plus vraie. Nirvana n'oublie pas son ADN sonore et réalise une superbe chanson pop avec Heart Shaped Box qui n'est rien d'autre qu'un délicieux mélange de noirceur et de douceur. S'ensuit le morceaux à l'intitulé volontairement provocateur Rape Me qui s'adresse aux journalistes et autres critiques. Il est à noter que cette chanson écrite à l'époque de Nevermind sera censurée par la chaîne de magasin américain Wall Mart qui n'hésiteront pas à remplacer les mots Rape Me par Waif Me.
Comme à l'accoutumée, les racines punk-rock inhérentes au genre sont très présentes sur cet opus avec notamment Very Ape et l'indémodable Tourette's. Dans La chanson Pennyroyal Tea, Cobain évoque avec dérision son addiction et ses douleurs au niveau de l'estomac. Après 42 minutes d'énergie aussi brutale que brute, de frissons impudiques et de pendules remises à l'heure, l'album se termine par une jolie interprétation tout en douceur de All Apologies.

 Nirvana avec In Utero retourne à des valeurs musicales plus proches des débuts. Plus noirs, âpres et sombres, ils savent en le faisant qu'il aura moins de succès commercial que le précédent et c'est le but premier de son existence. Renouer avec ses origines et tenter désespérément de retrouver leurs "vrais fans", et cette intimité qu'ils ont perdue avec Nevermind. Personnellement j'adore ce disque, Kurt Cobain, toujours aussi versatile, sera moins catégorique en déclarant quelques mois plus tard :  "Finalement j'avais plus d'excitation à faire Nevermind que cet In Utero". Le génie de l'homme n'est jamais satisfait de ce qu'il produit.


A Savoir :

- Il existe une édition limitée clear vinyl seulement tirée à 15 000 exemplaires aux U.S.A. Toutes les autres versions sont sur vinyles noirs.

- une treizième chanson, Gallons Of Rubbing Alcohol Flow Through The Strip, est disponible à l'origine uniquement sur les CD's non Américain.

- La pochette à été faite par Kurt Cobain.






2 commentaires:

  1. Pas plus de commentaires pour ce disque ? je l'ai adoré pendant des années et finalement maintenant je le trouve jsais pas, trop fade. Ca reste énorme mais le temps a du passer.

    RépondreSupprimer